AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Tout est plus solennel lorsque le soleil est couché [Will & Jack]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
✈ ÂGE : 59ans
✈ AVATAR : Ed Harris
✈ MÉTIER : Ancien agent de terrain dans les renseignements, depuis quelques années, il ne fait plus que superviser dans le même secteur.
✈ STATUT : Divorcé depuis quelques années.
✈ GRADE : Officier, colonel, donc il reste dans la base et ne bouge que très rarement.
✈ LOCALISATION : Hickam Air Force base
✈ MESSAGES : 66
✈ PSEUDO : nestie luv.
✈ CRÉDITS : nestie luv.
✈ DATE D'ARRIVÉE : 25/03/2014


MessageSujet: Tout est plus solennel lorsque le soleil est couché [Will & Jack]   Mer 26 Mar - 19:51

On ne pouvait pas dire que l'arrivée de Will avait été bien heureuse. Au contraire. C'était sa femme qui l'avait appelé il y a quelques temps pour lui dire que Will avait des problèmes et qu'un avait estimé qu'il serait mieux avec son père pour se remettre sur la bonne voie. Jack n'était pas convaincu qu'il était la personne la mieux taillée pour inspirer le jeune homme à  reprendre sa vie en main. Mais c'était fait alors mieux valait s'adapter. Il avait débarrassé une pièce qui était pleine de vieux souvenirs qu'il voulait garder près de lui. Il avait tout déplacé dans une vieille cave qu'il avait eu avec l'appartement. Un lit, une armoire, un bureau et pour le reste, on verrait plus tard. Il ne songea pas à embellir le lieu. Déjà, il n'était pas très bon pour décorer, il ne regardait pas souvent ses propres murs et ne ressentait pas l'envie d'avoir son champ de vision saturé de couleurs et d'objets divers. Ensuite, le jeune homme choisirait sa décoration lui même, il était assez grand, et Jack ne voulait pas prendre une initiative qui aurait pu tomber à côté de la plaque déjà qu'il ne partait pas gagnant dans les sondages... Il n'avait pas dormi tranquille ces derniers jours d'ailleurs. Avoir des nouvelles de Will par l'intermédiaire de sa mère était quelque chose d'incroyablement rassurant car Melissa agissait comme un filtre : elle gardait les détails qui ne plairaient certainement pas à Jack et ne parlait que des choses neutres ou positives, mais elles n'avaient pas été très nombreuses ces derniers mois. Les retours du front n'avaient jamais été très agréables. En de rare occasion les familles attendaient les revenants avec de bonnes nouvelles mais ça n'enlevait rien à la sensation d'inachevé et la sensation d'abandon que provoquent un trop grand attachement à son unité. Mais comment survivre sans ce grand attachement, finalement ?

Le stress du terrain il ne l'avait plus que par procuration. Quand il recevait des informations, des mises à jour sur les différents dossiers qu'ils traitaient. C'était rare cependant car dans ce coin de pacifique on analysait plus les images et les transmissions et ils avaient déjà assez à faire. Mais il était toujours délicat de se dire que les résultats de leurs analyses finissaient en véritable bouées de sauvetages pour certains agents de terrain. Il était facile d'avoir le vertige face à tout ça, mais Jack prenait soin de réviser ses agents pour qu'ils soient au top. Il était juste mais strict et savait comment gérer les soldats sous ses ordres... Pour son fils, c'était une autre histoire. Ils n'avaient pas échangé un seul mot pour le moment et le repas s'était passé froidement, sans que Jack ne voit son fils qui avait certainement prit une assiette dans son coin dans la soirée. Il avait été se coucher avec cette impression urgente que l'un des deux devait faire le premier pas coûte que coûte sinon cette cohabitation allait être un véritable enfers.

Il avait dormi quelques heures tout au plus quand il fut réveillé par un bruit sourd. Des officiers ou sous-of' qui rentraient un peu tard ? Un second bruit. Il se redressa et se frotta les yeux pour écouter plus attentivement. On parlait. Dans son appartement. Un moment il paniqua avant de se rappeler que depuis aujourd'hui quelqu'un habitait dans cet appartement avec lui. Il s'assit au bord du lit et tendit un peu plus l'oreille. Ça ne semblait pas être une discussion au téléphone mais plus une dispute, avec des cris et des protestations. Il se leva et alla ouvrir sa porte pour avoir une idée plus précise de ce qui se passait. Finalement, il en fut sûr : Will parlait tout seul, ou plutôt, criait tout seul. Jack se dirigea vers la chambre, encore un peu enfoui dans les brumes de sommeil. Il ouvrit la porte pour voir son fils dans un lit presque totalement retourné, il poussé des cris qu'il ne prit pas le temps de comprendre. Le jeune homme semblait se débattre, tenter de courir à l'horizontale et ses draps s'agitaient dans tous les sens. Sans même y penser le colonel fit deux enjambées pour se retrouver à côté du lit et tenta de saisir Will par les épaules pour le secouer « Will ! Réveille toi ! » Il ne savait pas vraiment si c'était la marche à suivre en cas de cauchemars aussi forts mais il ne pensait pas qu'il puisse régler quoi que ce soit avec le jeune homme inconscient et totalement paniqué.

_________________
- where would my sins go -
I can forgive, but I cannot forget, is only another way of saying, I will not forgive. Forgiveness ought to be like a cancelled note - torn in two, and burned up, so that it never can be shown against one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crossintotheblue.forumactif.org/t255-jack-sander-les-vieux-os-termine#2676
avatar
✈ ÂGE : Vingt-six ans
✈ AVATAR : Josh Beech
✈ MÉTIER : Aucun
✈ STATUT : Célibataire
✈ LOCALISATION : Hickam Airforce Base (chez son père)
✈ MESSAGES : 48
✈ PSEUDO : Stovy
✈ CRÉDITS : Moriarty
✈ DATE D'ARRIVÉE : 09/03/2014


MessageSujet: Re: Tout est plus solennel lorsque le soleil est couché [Will & Jack]   Sam 29 Mar - 11:05

Il était arrivé. Ici. Chez lui. Cet homme qui lui servait de père. Inconnu parmi tant d'autres. Il ne savait pas grand-chose de lui et, se devait être pareil de son côté. Père absent, père non présent. Il avait toujours eu mal de cette absence, lourde. Lui qui avait besoin d'un père. Pour parler, pour pleurer. Il n'avait eu que du froid. Alors, ici, c'était surement l'enfer. Enfer pour guérir. Il n'avait aucune envie d'être ici. Et pourtant... La soirée s'était faite silencieuse. Lui dans un coin et l'autre à table. Oué, c'était bizarre de se dire qu'ils étaient parents. Parce qu'il n'avait fait aucun pas vers lui. Ne lui avait à peine dit bonjour. Passé trop lourd, cœur d'enfant trop blessé. Alors, c'était comme ça qu'il avait fini par se retrouver dans sa chambre... Vide comme son âme, juste ce qu'il faut pour y croire. Un soupire et doucement, il se laissa tomber sur son lit. La nuit. Ce qu'il redoutait le plus, ce dont il avait le plus peur.

Doucement, comme chaque soir, il glissa plusieurs médicaments dans sa bouche avant de se déshabiller. Corps mutilé. Il ne le regardait jamais. Se glissant rapidement dans un pyjama et sous la couette. Les yeux grands ouverts, fixant le plafond. Depuis combien de temps ne l’avait-il pas vu ? Son père ? Il n’en savait rien. Oh si, il avait dû être là… Lorsqu’ils avaient appelé, lorsqu’ils l’avaient ramené du front, aussi blanc que la mort, allongé sur un brancard, entre vie et mort. Oui, il avait dû être là. Mais, personne ne le lui avait dit. Alors il doutait même que son père soit venu l’accueillir. Lui… Lui qu’il avait voulu rendre fier en s’engageant, lui dont il avait cherché l’assentiment toute sa vie et qui n’avait rien eu en retour. Juste la mort, juste la peur. Hanté de cauchemars. Hanté de douleur. Lui qui avait voulu le rendre fier n’avait eu droit qu’au froid. Comme dans son enfance, comme dans son âme. Ses yeux se fermèrent doucement, douloureux, peureux. Il ne voulait pas s’endormir. Mais, au fil du temps, de la nuit, la fatigue vint le prendre, l’emportant au loin dans les bras de Morphée, de l’Enfer. Nuits agitées, nuits hantées. Il n’avait pas eu le sommeil tranquille depuis longtemps. Cauchemars et douleurs…

Premier cri qui fend l’air, la nuit et le calme. Première douleur. Il criait des ordres, des avertissements, devant ses yeux le front s’étendant à ses pieds, arme au poing, peur au ventre. Il revivait encore et encore cet endroit, cet instant. Le sang coulant, lui seul au milieu de tirs ennemis, essayant de vivre, survivre, attirant à lui ses coéquipiers. Tous tombés. Il avait peur, trop peur pour s’en rendre compte. La mort, la chaleur. Son corps en sang, son sang, leurs sangs. Ils étaient tous tombés. Tous… Rouge sang, noir comme la mort. Il hurlait, se débattant violemment, pour survivre. Pour… Soudainement, il ouvrit grands les yeux, dans un dernier cri, quelqu’un l’avait réveillé. Il haleta, tremblant. Ses yeux hantés tombant sur ceux de son paternel. Ne le reconnaissant pas. Encore trop loin, encore là-bas…au front. Il gémit, ses bras cherchant à dégager quelque chose, un dernier fantôme avant qu’il ne se détourne, tournant le dos, se recroquevillant. Un nouvel halètement, un sanglot alors que la douleur faisait surface maintenant que le sommeil disparaissait. Merde. Il se sentait con, faible. Pas devant lui. Pas devant… Son père ! Merde. Il l’avait réveillé. Il ne voulait pas qu’il reste. Il voulait qu’il parte mais…il n’avait pas la force. De le repousser, de lui ordonner de partir. Il se sentait mal. Doucement, ses poings se posèrent sur ses yeux alors qu’un gémissement, grondement plaintif sortait d’entre ses lèvres, essayant d’empêcher les larmes de couler. Impossible. Pas devant lui. Il ne pouvait pas être aussi pitoyable devant lui… Impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✈ ÂGE : 59ans
✈ AVATAR : Ed Harris
✈ MÉTIER : Ancien agent de terrain dans les renseignements, depuis quelques années, il ne fait plus que superviser dans le même secteur.
✈ STATUT : Divorcé depuis quelques années.
✈ GRADE : Officier, colonel, donc il reste dans la base et ne bouge que très rarement.
✈ LOCALISATION : Hickam Air Force base
✈ MESSAGES : 66
✈ PSEUDO : nestie luv.
✈ CRÉDITS : nestie luv.
✈ DATE D'ARRIVÉE : 25/03/2014


MessageSujet: Re: Tout est plus solennel lorsque le soleil est couché [Will & Jack]   Dim 30 Mar - 9:23

Le jeune homme lâcha encore un cri, déchirant, avant d'ouvrir les yeux sur son père qui commençait à s'inquiéter sans vraiment savoir quoi faire. Il fallait dire que les personnes traumatisées comme ça, il ne les voyait qu'en visite à l'hôpital, des collègues ou des amis, et qu'à côté, il y avait toute une équipe de médecins et de proches pour s'en occuper dans ces cas là. Mais ici, maintenant, tout de suite, c'était lui la famille proche et il n'y avait personne d'autre dans cette maison pour gérer tout ça. Ca ne s'annonçait pas vraiment bien car Jack n'avait aucune idée de ce que l'on faisait dans une pareille éventualité et il avait largement sous estimé ce que son ex-femme lui avait dit au téléphone. Il fallait dire que Melissa ne s'était sûrement pas gênée pour minimisée le mal-être de son fils. Le gamin se dégagea, encore un peu dans les vapeurs endormies tourna le dos au vieux colonel. Ce dernier ne savait pas vraiment comment réagir. A l'âge de Will il ne voyait déjà plus ses parents et il n'avait aucune idée de comment se comporter avec un adulte de sa famille à cet âge là. Jack observa ses mains un moment. L'impression que son corps était inconfortable et absurde le prit soudain. Il ne savait pas quoi faire alors qu'un militaire doit être paré à toute les éventualités. C'était vraiment ridicule. Il se sentait un peu ridicule et aurait bien voulu décrocher le téléphone et appeler sa mère pour demander ce qu'il devait faire. Mais finalement, si le jeune homme était ici c'était que personne sur le continent n'avait d'idées sur comment le faire aller mieux. Bien, improvisons.

Déjà, il ne fallait pas être Einstein pour comprendre que Will n'était pas particulièrement fier de montrer cette facette là à son père. Ce qui était largement compréhensible. Ensuite, il souffrait autant physiquement que moralement et sur le coup, Jack n'était pas un spécialiste. Bon, rassemblant ses pensées, le colonel se leva et dit simplement « Je vais te chercher un verre d'eau. » Il espérait que le jeune homme pourrait ainsi récupérer un peu de contenance et de fierté pour arriver à supporter la présence de son paternel dans la pièce. Et puis ça donnerait aussi à Jack l'occasion de rassembler un peu ses pensées. Il alla dans la cuisine, attrapa un verre et le remplit d'eau fraîche. Il jeta un coup d’œil dehors, tout était calme. Il attendit quelques secondes de plus histoire de ne pas revenir trop vite. En même temps, dans sa tête, il n'y avait rien. Il ne savait pas quoi dire, quoi faire, quoi ne pas dire et quoi ne pas faire. Il n'avait aucune idée. Peut être acheter un livre sur le sujet ? Et dire quoi ? Attend deux secondes fiston je lis un livre et après on peut parler de tes problèmes ? Non... En plus, où irait-il pour un truc de ce genre ? Fallait-il forcer un gamin qui ne l'aimait déjà pas vraiment à aller voir un psychiatre ? A cette heure-ci de la nuit, il ne pouvait de toute manière rien décider, ce serait de toute façon une très mauvaise idée.

Il revint dans la chambre et s'assit à côté de Will silencieusement en lui tendant le verre. Vu l'heure, la situation, le fait que ni l'un ni l'autre ne se connaissait vraiment, Jack décidé de jouer la carte de la sincérité. « Dis moi ce qu'il faut que je fasse. Car je ne sais pas. » Voilà, c'était dit. De toute manière, le jeune homme avait beau ne pas avoir décroché un prix Nobel, il avait certainement déjà constaté ça par lui même un peu plus tôt. Et si il avait été un peu trop embrouillé pour le voir, maintenant il savait. Jack s'attendait à une réponse potentiellement cinglante et désagréable mais à la limite, ça, il était habitué et dans l'armée il ne fallait pas être sensible ou sentimental. Enfin, il anticipé aussi que le jeune homme lui demande de partir ce qui était quelque chose qu'il ne pouvait pas faire. Déjà car il n'était pas sûr de la santé psychologique de Will et donc, il avait peur qu'il puisse faire quelque chose d'irréfléchie ; et ensuite, il ne dormirait plus tranquille cette nuit-ci alors autant être deux à se ronger les sangs...

_________________
- where would my sins go -
I can forgive, but I cannot forget, is only another way of saying, I will not forgive. Forgiveness ought to be like a cancelled note - torn in two, and burned up, so that it never can be shown against one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crossintotheblue.forumactif.org/t255-jack-sander-les-vieux-os-termine#2676
avatar
✈ ÂGE : Vingt-six ans
✈ AVATAR : Josh Beech
✈ MÉTIER : Aucun
✈ STATUT : Célibataire
✈ LOCALISATION : Hickam Airforce Base (chez son père)
✈ MESSAGES : 48
✈ PSEUDO : Stovy
✈ CRÉDITS : Moriarty
✈ DATE D'ARRIVÉE : 09/03/2014


MessageSujet: Re: Tout est plus solennel lorsque le soleil est couché [Will & Jack]   Dim 30 Mar - 9:52

Il l'entendit à peine. Voix grave, voix paternelle. Lui dire qu'il allait chercher un verre d'eau. Parce qu'il était là, les poings sur les yeux, le cœur aux bords des lèvres. L'envie de gerber, de crier lui prenant l'estomac la gorge. Oué, il se sentait mal, et con. Con d'être aussi pitoyable. Surtout devant lui. Devant son père. Il voulait qu'il parte, qu'il dégage. Et finalement, c'est ce qu'il fit. Il allait lui chercher un verre d'eau. Et que pensait-il pouvoir faire avec un putain de verre d'eau ?! Croyait-il que ça allait arranger les choses ? Âme meurtrit, corps douloureux. Jamais rien n'allait pouvoir arranger les choses. Parce qu'il ne vivait plus, il survivait juste. Il grogna, sanglota, essayant d'empêcher les larmes de couler, sans y arriver. Elles glissèrent, doucement, silencieusement le long de ses joues pour venir atterrir dans son cou. Doucement caresse sur un corps trop chaud, trop tremblant. Un soupire, une inspiration sifflante et, doucement, il se retourna à nouveau. Sur le dos, le regard fixant le plafond. Il savait qu'il allait revenir. Mais, sans vouloir se l'avouer. Il avait besoin de ce putain de verre d'eau !

Alors, il fixait le plafond, essayant de reprendre contenance, les yeux pourtant humides, comme ses joues. Mais, il ne pleurait pas. Il y avait juste ces marques. Trop fatigué pour les essuyer. Il ne jeta pas un regard à son père quand il revint, assit à ses côtés sur le lit. Il se sentait con. Mais, bizarrement, un flash traversa son esprit. Voyant un père prenant soin d’un enfant après un cauchemar. Il ne l’avait jamais fait. Mais, cela lui faisait penser à ça. Un enfant ? En était-il à ce point-là ? Incapable de s’occuper de lui-même. Oui, il paraissait. Il l’envie soudaine de se retourner à nouveau. Pour se rouler en boule. Dos tourné à son père. Mais, il n’en fit rien, juste le regard perdu, vide posé sur le plafond. Drôle de scène en ce milieu de nuit. « Dis-moi ce qu'il faut que je fasse. Car je ne sais pas. »

Il eut envie de rire. Un rire violent, un rire douloureux en entendant ses paroles. Et, malgré lui, il vint, sortant d’entre ses lèvres. Rire hystérique. Rire jaune. Rire entrecoupé de sanglots, passant plus invisibles comme cela qu’autrement. Mais, le rire coupa court rapidement. La chambre se retrouvant à nouveau silencieuse, seul leurs souffles se faisant entendre. Souffle tordu, souffle sifflant pour Will. Il avait mal. Mal à la tête, mal au corps. Mal à l’âme. Il se tourna un peu, dos à moitié tourné à son père. Que devait-il dire. Que devait-il faire ? Il voulait qu’il se casse. Il avait envie de balancer le verre d’eau plus loin. Parce qu’il ne voulait pas de son aide. Il ne l’avait eu. Pourquoi est-ce que ça commencerait maintenant ? « Je… » Il se racla la gorge. Enrouée, douloureuse. Se taisant et, pointant simplement du doigt le tiroir de sa table de chevet. Il y avait planqué tous ses médicaments. Pour la douleur, pour mieux respirer. Pour pouvoir survivre. Parce qu’il avait mal. Mais, aussi, parce qu’il ne voulait pas parler. Ne pas lui parler. Il ne voulait pas lui demander de l’aide ! Jamais ! Jamais. Pourtant, c’était ce qu’il était en train de faire. En train de demander. A l’aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✈ ÂGE : 59ans
✈ AVATAR : Ed Harris
✈ MÉTIER : Ancien agent de terrain dans les renseignements, depuis quelques années, il ne fait plus que superviser dans le même secteur.
✈ STATUT : Divorcé depuis quelques années.
✈ GRADE : Officier, colonel, donc il reste dans la base et ne bouge que très rarement.
✈ LOCALISATION : Hickam Air Force base
✈ MESSAGES : 66
✈ PSEUDO : nestie luv.
✈ CRÉDITS : nestie luv.
✈ DATE D'ARRIVÉE : 25/03/2014


MessageSujet: Re: Tout est plus solennel lorsque le soleil est couché [Will & Jack]   Dim 30 Mar - 10:10

Will se mit à rire pendant quelques secondes. Potentiellement un effet de son rêve agité, de sa fatigue et sa douleur, ajoutée au fait que finalement, Jack ne lui avait jamais franchement demandé une chose pareille. Il n'en avait jamais vraiment eu l'occasion, Melissa toujours sur le qui vive pour son fils, toujours première et surtout, Jack était occupé à la base et quand il revenait, le petit était souvent déjà couché, déjà nourrit, déjà à l'école ou déjà en vacance. Il ne cherchait pas particulièrement d'excuse mais il ne pensait pas sincèrement avoir fait de son mieux mais à présent, c'était passé et enterré et il fallait construire de nouvelles choses, tenter de nouvelles actions et espérer que la conclusion serait plus heureuse cette fois-ci. Car finalement, c'était aussi ça qu'on enseignait à l'armée, regarder de l'avant et ne pas se retourner sur les erreurs passées. Se concentrer pour corriger ce qui se passait maintenant au lieu de se lamenter sur ce qu'on avait manqué dans le passé. Mais ça, est-ce que son fils l'avait comprit ? Il pouvait aisément imaginer que son humeur n'était pas à la remise en question et au pardon, il pouvait aisément comprendre qu'il n'avait envie que de le détester car c'était plus facile et qu'il savait déjà comment le faire. Au moins Jack voulait essayer. Alors oui, il tâtonnait, ne savait pas s'y prendre et manquait de mots, mais il avait envie de croire qu'essayer c'était déjà bien. C'était ça ou alors claquer la porte et fuir face à la difficulté. Car finalement, ça aussi c'était facile pour lui. S'enfermer dans le boulot, arguant que l’intérêt de son pays valait mieux que son petit confort personnel. Mais ne pas regarder la réalité en face ça avait été confortable un temps. Jusqu'à ce qu'on fasse surface et qu'on se rende compte des dégâts.

Le jeune homme se reprit et se redressa, à moitié tourné vers le mur, il sembla articuler quelque chose et ensuite il pointa son doigt vers sa table de chevet. Il devait y avoir ses médicaments là dedans, pour mieux dormir... Will avait aussi une respiration légèrement sifflante et incertaine. Jack avait mit ça sur le compte du réveil agité mais à présent il était certain que le gamin avait du mal à respirer. Était-ce le stress ou un symptôme ? Là encore, son ex-femme n'avait pas voulu détailler tout ce qui allait mal chez son fils, une manière, peut être, de prétendre que tout n'était pas si noir de ce côté là. Mais une petite liste de ce qu'il faudrait garder à l'oeil aurait été légèrement salutaire dans cette situation. Qu'importe, à présent c'était, encore une fois, trop tard, il fallait improviser. Il s'approcha de la table de chevet et posa le verre dessus avant d'ouvrir le tiroir.

Il se retrouva devant des boites et des boites et ne savait pas vraiment laquelle prendre. Il manqua de grimacer entre ses dents le nom de son ex-femme et aussi maudire les médecins du jeune homme. C'était bien beau de l'envoyer ici pour qu'il aille mieux mais si on ne lui disait pas, à lui, ce qu'il fallait prendre et dans quel cas... Il avait aussi oublié de demander, pensant que son fils arriverait à se débrouiller tout seul à son âge, c'était sans compté l'état de ce dernier cette nuit-ci... Jack attrapa les premières boites et lu les instructions avant d'en ouvrir une et de sortir deux comprimés. Ceux-ci étaient pour la douleur et il était évident que, douleur fantôme ou non, le jeune homme en avait besoin. Le vieux colonel tendit les deux cachets au gamin ainsi que le verre d'eau. Peut être qu'il avait là dedans aussi quelque chose pour l'aider à dormir ? Mais fallait-il mélanger ainsi les médicaments ? En tout cas Jack savait déjà ce qu'il ferait demain matin : téléphoner au médecin pour avoir la liste des médicaments de Will et leur posologie à fin de ne pas commettre d'impairs.

_________________
- where would my sins go -
I can forgive, but I cannot forget, is only another way of saying, I will not forgive. Forgiveness ought to be like a cancelled note - torn in two, and burned up, so that it never can be shown against one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crossintotheblue.forumactif.org/t255-jack-sander-les-vieux-os-termine#2676
avatar
✈ ÂGE : Vingt-six ans
✈ AVATAR : Josh Beech
✈ MÉTIER : Aucun
✈ STATUT : Célibataire
✈ LOCALISATION : Hickam Airforce Base (chez son père)
✈ MESSAGES : 48
✈ PSEUDO : Stovy
✈ CRÉDITS : Moriarty
✈ DATE D'ARRIVÉE : 09/03/2014


MessageSujet: Re: Tout est plus solennel lorsque le soleil est couché [Will & Jack]   Dim 30 Mar - 11:41

Et ils apparurent devant lui. Deux cachets et un verre d’eau. Il les fixait. Deux cachets ? Qu’est-ce que c’était que cette merde. Ce n’était pas deux cachets qu’il fallait. Il avala difficilement sa salive dans son souffle difficile, et, se redressa encore plus. Sans un regard pour son père. Enfin présent à ses côtés. Alors, c’était ça ? Il avait fallu qu’il crève presque au combat et qu’il se retrouve ici, du haut de ses vingt-six ans pour que son père s’occupe de lui. Il avait envie de le frapper. De lui hurler dessus toute la douleur de son cœur d’enfant brisé. Lui hurler ses ressentiments, ses douleurs, ses vérités. Parce qu’il avait eu besoin de lui et, il n’avait pas été là. Pour comprendre le monde. Pour comprendre pourquoi il aimait les hommes et pas les femmes. Oui, il avait eu besoin de lui, mais, il n’avait pas été là. Il ne le connaissait pas. Il ne connaissait rien de lui.

Un soupire puis, doucement, il attrapa les deux cachets et le verre d’eau. Bien mieux redressé, prêt à avaler cela. Glissant les petits boutons blancs dans sa bouche, les mains tremblantes avant d’avaler avec une gorgée d’eau. Retendant le verre à son père. Geste inconnu. Même sa mère ne s’était pas réellement occupée de lui quand il avait mal. Trop de pitié, trop dur à supporter. Il ferma les yeux. Ses mains allant les frotter fortement, comme pour se sortir encore un peu plus de ses songes. De ses cauchemars. Sa gorge se racla. S’humidifiant les lèvres avec sa langue. Il se sentait mal. « Mhmm…tu, il faudrait les autres. » Il tend le doigt en montrant le tiroir. Il parle avec une voix enrouée d’avoir trop crié. Mais, son esprit n’est pas assez là. Pas assez fort pour qu’il se rende compte qu’il n’explique pas lesquels il lui faut. Parce qu’au final, il n’en veut pas de l’aide. Et que lorsque le soleil sera levé, il regrettera. Rejetant ce moment gênant, ce moment de faiblesse. Parce qu’il n’était pas prêt à faire à ça. Pas prêt à recevoir de l’aide pour ça. Surtout pas de la part de son père. Pour qui il s’était engagé, pour qui il était parti là-bas pour en revenir brisé.

Tournant le regard vers le mur, Will finit par le remonter légèrement sur le visage de l’homme. Ridé, vieillit. Cela faisait bien longtemps qu’il ne l’avait pas vu. Plusieurs longues années. Il se souvenait d’un visage plus jeune, un visage moins vieux. Allait-il ressembler à ça ? Ressemblait-il déjà à ça ? Non…non parce que dans ses yeux il y avait cet éclat d’en avoir trop vu. Trop hanté pour son âge. Mais, en tout cas, il y avait sur ce visage d’homme quelque chose qu’il n’avait jamais vu. De l’inquiétude ? Du doute ? Son père avait l’air perdu. Perdu… Ironique. Il avait envie de l’envoyer chier. Mais, il se sentait lasse et fatigué. Il voulait juste avaler son cocktail de médicaments et refermer les yeux, pour quelques heures, minutes ? De calme et de repos. Repos qui le fuyait, laissant son visage se tirer de plus en plus sous la fatigue et la douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✈ ÂGE : 59ans
✈ AVATAR : Ed Harris
✈ MÉTIER : Ancien agent de terrain dans les renseignements, depuis quelques années, il ne fait plus que superviser dans le même secteur.
✈ STATUT : Divorcé depuis quelques années.
✈ GRADE : Officier, colonel, donc il reste dans la base et ne bouge que très rarement.
✈ LOCALISATION : Hickam Air Force base
✈ MESSAGES : 66
✈ PSEUDO : nestie luv.
✈ CRÉDITS : nestie luv.
✈ DATE D'ARRIVÉE : 25/03/2014


MessageSujet: Re: Tout est plus solennel lorsque le soleil est couché [Will & Jack]   Dim 30 Mar - 20:59

Le jeune homme semblait tout aussi perdu. Mais pas tant psychologiquement que physiquement. Il semblait dans une sorte de trans, comme si le rêve dans lequel il était ne voulait pas s'arrêter et le poursuivait jusqu'à l'état éveillé. Il prit les cachets, touchant la main de son père pour prendre les précieux médicaments. Il but difficilement le liquide avant de lui retendre le verre d'eau. Jack entreprit de refermer le tiroir après y avoir mit la boite de cachet quand son fils sembla s'y opposer et lui montra une seconde fois le tiroir. Le vieil homme dit simplement « Ha attend... » avant de le rouvrir et de prendre d'autres boites. Il y en avait énormément. Un peu plus tôt, il n'avait pas bien vu et ne s'était pas rendu compte de la quantité qui s'y trouvait. Chaque pilule devait être pour une différente douleur, physique ou autre probablement. Il en attrapa deux autres et lut les étiquettes. Ha ben tient, d'autres pour la douleur. Le colonel n'y connaissait définitivement pas du tout en matière de médicaments. Sur le front, sur le terrain, il avait déjà eu à se soigner en improvisant mais il n'avait jamais eu d'énorme blessure, l'invalidant définitivement ou de situation traumatisante. L'avantage de bosser dans les renseignements était de souvent être seul sur le terrain.

Il regarda sur les étiquettes et sortit un cachet de la première boite et trois de la deuxième, comme indiqué par les infirmières. Il n'allait pas se mettre à faire le pharmacien et droguer son fils. Il lui tendit les pilules et le verre et se leva juste après ça. « Si tu dois prendre des médicaments, tu devrais manger un peu. » Il ne savait pas bien quoi apporter pour un grignotage nocturne mais il avait aussi bien besoin de quelque chose. Il n'avait plus l'habitude d'enchaîner des nuits blanches. Il y avait suffisamment de personnes compétentes en ce moment même au bureau des renseignements pour assurer la permanence. Il aurait réussi à faire tout ça une dizaine d'années auparavant mais là, il se sentait incroyablement fatigué. Ou alors était-ce aussi la pression psychologique...

Jack rentra dans la cuisine et ouvrit un placard et un deuxième. Il rumina en voyant qu'il n'avait pas grand chose d'intéressant. Ce qu'il voulait, c'était quelque chose qui pouvait lui remplir un peu le ventre pour que ces médicaments ne lui donnent pas un mal de tête carabiné. Il ressortit finalement quelques pancakes du matin même et les réchauffa rapidement dans le four à micro-onde, posa l'assiette sur la table de la cuisine et se dirigea dans la pièce qui était à présent la chambre de son fils. Il resta un moment à la porte « J'ai réchauffé des pancakes. Tu devrais peut être te dégourdir un peu les jambes. » Il ne savait pas vraiment comment lui parler, est-ce qu'il devait le forcer à se lever, le forcer à manger, lui ramener l'assiette ? Le voir marcher, même tituber aurait rassuré Jack. Mais malheureusement, dans sa tête, une petite voix disait que ce ne serait que la première de longues nuits blanches.

_________________
- where would my sins go -
I can forgive, but I cannot forget, is only another way of saying, I will not forgive. Forgiveness ought to be like a cancelled note - torn in two, and burned up, so that it never can be shown against one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crossintotheblue.forumactif.org/t255-jack-sander-les-vieux-os-termine#2676

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tout est plus solennel lorsque le soleil est couché [Will & Jack]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tout est plus solennel lorsque le soleil est couché [Will & Jack]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CROSS INTO THE BLUE :: Hickam Air Force Base :: Just live :: Logements :: Bâtiment des O-