AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Drunk in love [Max]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
✈ ÂGE : 31 ans
✈ AVATAR : Jamie Dornan
✈ MÉTIER : Instructeur de pilotage, ancien pilote de chasse aujourd'hui déclaré inapte
✈ STATUT : Célibataire
✈ GRADE : Officier, lieutenant
✈ LOCALISATION : Hickam Air Force base
✈ MESSAGES : 425
✈ PSEUDO : blue velvet.
✈ CRÉDITS : Tearsflight
✈ DATE D'ARRIVÉE : 12/01/2013


MessageSujet: Drunk in love [Max]   Lun 10 Mar - 15:35




Il fait déjà nuit. La journée m'a paru durer une éternité. Je n'ai eu qu'un cours à donner, et les gamins m'ont fait chier avec leur arrogance et leur airs supérieurs.  Ils savent portant que parmi eux, seule une infime partie parviendra à piloter un jour un avion de chasse. Mais ils s'amusent, se balancent sur les chaises, mâchent leur chewing-gum sans gène. Ils se sentent invincibles, comme je le faisais également. J'étais comme eux en fait. La tête de con au fond de la classe, avec son air méprisant et son sourire rieur. C'était moi. Aujourd'hui ils sont à ma place, et je ne peux pas le supporter. Je parle comme un vieux aigris, ça me dégoute.

Je déambule dans mon appartement, cloué à ce fauteuil. Je viens de changer mon uniforme pour une tenue plus confortable, une vieille chemise en jean et un simple pantalon noir. J'entends de la musique et des rires venant de dehors. C'est l'anniversaire d'un colonel, ils sont tous regroupés à la cafétéria pour faire la fête. Le bruit m'indispose, je me hisse comme je peux pour refermer la fenêtre. Oui j'aurais pu y aller, me joindre aux réjouissances, faire semblant de m'amuser. Mais non, je n'en ai pas envie. J'ai encore beaucoup de mal  à me fondre dans la foule. Et puis ça me donne mal à la nuque, de devant sans cesse lever la tête pour discuter. Je me dirige vers le réfrigérateur, j’attrape une bière et me met devant la télé.  Ça tombe bien, il y a un match de basket. Je regarde mon téléphone et songe un instant à appeler Riley. Je pourrais lui dire de venir, je lui préparerais un bon dîner, et nous passerions une bonne soirée comme nous le faisions lorsque Jake était encore là. Cette idée me charme et m'effraie en même temps. J'ai toujours apprécié sa compagnie, et c'est un euphémisme ... Mais depuis l'accident, beaucoup de choses ont changé. Le mec charismatique et sûr de lui est devenu cet handicapé dépendant de son putain de fauteuil roulant. J'ai pas envie qu'elle me prenne en pitié, j'ai pas envie qu'elle me regarde avec compassion, ou avec  dégout. Je veux pas m'exposer à son jugement. On n'a jamais parlé de l'accident d'ailleurs, ni de mon handicap, je pense qu'on n'est pas prêts. Elle doit se demander si elle peut pousser le fauteuil sans me vexer, si je peux aller seul aux toilettes, si j'ai toujours une vie sexuelle ... Et au fond, j'aimerais lui parler de tout ça, lui expliquer, la rassurer. Mais ni l'un ni l'autre n'en a le courage. Alors on s'enferme dans cette relation pourrie, on ne se voit presque plus, et lorsqu'on se croise, c'est à peine si on ose se demander comment ça va ...

Je détourne le regard du téléphone. C'est une mauvaise idée. J'avale une longue gorgée de bière, si ça pouvait endormir mon esprit, l'empêcher de se torturer de la sorte. C'est à ce moment là que j'entends frappé à la porte. Je prie pour que ce ne soit pas un de ces fêtards qui vienne me supplier de descendre célébrer avec eux. J'attends quelques secondes, si jamais il repartait ... On frappe à nouveau. "J'arrive." Je lance, sans grand enthousiasme. Je me dirige vers l'entrée et ouvre la porte. C'est Max. Je m'empêche de sourire, pour l'embêter. " Qu'est ce que tu fais là ?" Elle a une bouteille d'alcool dans la main, je soupçonne le pire ...


Dernière édition par Asher Whyton le Jeu 27 Mar - 14:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✈ ÂGE : vingt-six ans.
✈ AVATAR : emilia clarke.
✈ MÉTIER : infirmière psychologue.
✈ STATUT : célibataire.
✈ GRADE : sous-officier, sergent chef.
✈ MESSAGES : 304
✈ PSEUDO : beautiful days (rose).
✈ CRÉDITS : tearsflight (avatar) rose (gifs).
✈ DATE D'ARRIVÉE : 09/03/2014


MessageSujet: Re: Drunk in love [Max]   Lun 10 Mar - 18:43



C’était un soir de semaine comme un autre, après une journée de boulot comme une autre ; une journée passée à une vitesse alarmante A peine avais-je commencé les premiers rendez-vous de la matinée que les derniers se terminaient déjà. L’espace d’un instant, j’en étais même venue à me demander si j’avais pris la peine de déjeuner, de souffler quelques minutes. Mon esprit s’était attardé sur l’un des rendez-vous, en particulier, celui d’un jeune militaire blessé sur le terrain, qui attendait l’aval de son psychiatre pour reprendre ses activités. Son discours m’avait particulièrement touché, lui qui s’était soudainement mis à me remercier, m’expliquant à quel point il se sentait mieux, plus serein. Il m’avait alors confié avoir passé une nuit entière sans crise de terreurs, sans cri, sans éveil en sursaut. Egoïstement, j’en avais tiré une fierté infinie et, égoïstement, tandis qu’il me racontait tout cela, mes pensées avaient vagabondé vers un autre. L’espace d’un instant seulement, je m’étais interrogée, demandée si Asher se sentirait ainsi un jour, s’il retrouverait la confiance en lui, l’assurance que je voyais parfois poindre au fond de ses yeux, celle que je devinais lorsque je les vrillais d’un regard insistant – comprenez scrutateur et avide.

Cette soirée avait donc commencé comme une autre, sauf qu’elle différait complètement à présent. J’étais là, au bout de la queue dans un liquor store, à triturer les quelques mèches qui s’échappaient de ma tresse brune, à me demander si je ne ferais pas mieux de le prévenir – après tout, peut-être avait-il de la visite ? – ou simplement lui passer un coup de fil pour lui demander si je pouvais passer. Mais, lorsque vint mon tour, je renonçai. Après tout, l’effet de surprise serait tout aussi bien. Je tendis la bouteille que je tenais fermement en main, sortis mon porte-monnaie.

***

Plus tard, je me retrouve devant sa porte, frappant trois coups énergiques contre le bois.  Impatiente, je me cale contre le chambranle, redresse le poing, réitère mon geste, avec un peu plus d’entrain. Comme s’il pouvait comprendre qu’il s’agissait de moi, non pas ceux dont il voulait rester caché. Quelques secondes passent, et je perçois finalement le son de sa voix au-delà du bois de la porte. Je ne bouge cependant pas lorsqu’elle s’ouvre sur un Asher bien dépourvu du moindre enthousiasme. « Qu'est ce que tu fais là ? » lâche-t-il quand il m’aperçoit. Je garde le silence, hausse un sourcil tandis que mes yeux suivent le trajet des siens ; je lève la bouteille, comme un ennemi dresserait le drapeau blanc, comme un ami dresserait la promesse d’une soirée moins morne. « Hmm, oui, moi aussi je suis enchantée de te voir, Asher... » glissé-je, d’une voix espiègle, en me frayant un chemin dans l’appartement. Et, soudain, je suis prise d’une flagrante envie de dire son prénom à nouveau. Un peu comme une drogue. Je le trouve agréable sur la langue, j’aime sa façon de quitter mes lèvres et de se fondre dans l’air. A la place, à nouveau, je tends la bouteille dans sa direction. « J'ai un cadeau pour toi. » j’explique, et je dénude mes épaules en quittant le blouson qui les couvrait. J’avoue, un peu un cadeau pour moi aussi. Je ressens le fort besoin d’une soirée d’insouciance, peut-être même autant que lui. Alors, je lui confie la bouteille, exécute une espèce de pirouette, et prends la direction de sa cuisine. J’y emprunte deux verres – qui ne ressemblent absolument pas à des verres de scotch, mais peu importe, ce qui compte n’est pas le contenant mais le contenu.

Je le rejoins enfin, m’installe sur l’un des fauteuils, et mon regard bute sur la bouteille de bière entamée. « Tu as osé commencer sans moi ? » fais-je avec une mine faussement outrée. Puis, mes yeux remontent vers son visage et je reprends, plus sérieuse : « Je ne te dérange pas ? » Je suis soudainement prise du même doute que dans le magasin, tout à l’heure. Peut-être que je commence à prendre un peu trop d’aise. Peut-être aurais-je dû appeler.

_________________
maybe i'm not the one for your love, maybe i'll be your heaven above, maybe i'll write a story for two, maybe i'll be the do that you do.


Dernière édition par Max Dawson le Ven 14 Mar - 14:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✈ ÂGE : 31 ans
✈ AVATAR : Jamie Dornan
✈ MÉTIER : Instructeur de pilotage, ancien pilote de chasse aujourd'hui déclaré inapte
✈ STATUT : Célibataire
✈ GRADE : Officier, lieutenant
✈ LOCALISATION : Hickam Air Force base
✈ MESSAGES : 425
✈ PSEUDO : blue velvet.
✈ CRÉDITS : Tearsflight
✈ DATE D'ARRIVÉE : 12/01/2013


MessageSujet: Re: Drunk in love [Max]   Lun 10 Mar - 19:59

J'admets que je manque parfois de tact. Ma manière de l’accueillir n'était pas des plus chaleureuse. Mais Max me connait, elle ne se démonte pas d'ailleurs. Elle hausse un sourcil  et s'empresse de se glisser à l’intérieur de mon appartement.  « Hmm, oui, moi aussi je suis enchantée de te voir, Asher... » Je ne réponds pas. Je ferme la porte derrière elle et la regarde se déplacer avec sa légèreté et son allégresse habituelle. C'est plus fort que moi, sa présence m'arrache un sourire. La sensation est étrange. Elle se retourne vers moi et me tend la bouteille. « J'ai un cadeau pour toi. » Elle ôte sa veste en même temps, et mon regard se pose sur ses bras dénudés. Sa peau est pâle, elle parait si douce. Je m'empare de l'alcool et reste silencieux. Je l’observe. J'aime la voir se mouvoir. Elle est gracieuse, et elle ne doit même pas s'en rendre compte. Elle file en direction de la cuisine, et mon esprit s'éclaircit lentement. Une soirée picole, c'est vraiment ce qu'elle souhaite ? Finalement, la soirée pourrait prendre une tournure plus intéressante. Je ne suis pas contre. Je me laisse guider, en général Max ne me déçoit jamais pour ce qui est des bons plans.

Elle revient, deux verres à la main. « Tu as osé commencer sans moi ? » J'attrape la bière et la fini d'une traite. "Elle date d'hier." Je prends un air faussement innocent. Elle est assise sur le fauteuil près de moi. Nous sommes à la même hauteur, et je me sens tout à coup plus confiant. « Je ne te dérange pas ? » Elle est inquiète, sérieuse. Comment peut-elle ? Inconsciemment, j'ai attendu ce moment toute la journée. Elle est là et je suis serein, apaisé. Je plonge mon regard dans le sien et pose ma main sur la sienne, rassurant. " Mais non Max, tu ne me déranges jamais." Mais elle n'a pas pour habitude de venir ainsi à l'improviste, surtout avec de l'alcool. Je suis surpris et flatté. Flatté qu'une femme aussi charmante que Max veuille passer la soirée avec le paraplégique dépressif de la base. Ce n'est pas comme si le choix manquait ... Pourtant elle est là, dans mon appartement. Je me demande ce qu'elle veut noyer dans l'alcool. J'ouvre la bouteille et je la sers. C'est de la vodka. Elle ne semble pas impressionnée. " Tu comptes boire ça pur ?"  Je lui demande, un peu sceptique. J'entends la musique résonner même à travers les fenêtres fermées. Je prends la télécommande et j'allume la chaine hi-fi. C'est du Kings of Leon, juste assez fort pour un fond sonore agréable. " Pourquoi tu n'es pas à l'anniversaire du Colonel ?" Je ne la quitte pas des yeux. "Tu vas bien au moins ?" Je me sers à mon tour et ne l'attends pas pour boire. J'aime l'alcool fort, j'aime cette sensation de brûlure qui descend jusqu'à mon estomac. Je me sens vivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✈ ÂGE : vingt-six ans.
✈ AVATAR : emilia clarke.
✈ MÉTIER : infirmière psychologue.
✈ STATUT : célibataire.
✈ GRADE : sous-officier, sergent chef.
✈ MESSAGES : 304
✈ PSEUDO : beautiful days (rose).
✈ CRÉDITS : tearsflight (avatar) rose (gifs).
✈ DATE D'ARRIVÉE : 09/03/2014


MessageSujet: Re: Drunk in love [Max]   Lun 10 Mar - 20:40

Je souris, mes doutes subitement apaisés par la pression de sa peau tiède contre le dos de ma main. Il me répond que je ne le dérange pas, et je sens que mon palpitant cogne à nouveau à son rythme ordinaire, sans manquer un seul battement. Je suis rassurée, presque rassérénée. Et, pourtant, le temps de quelques courtes secondes, je demeure là, immobile, de crainte qu’il ne retire sa main si j’ose le moindre mouvement. Ce qu’il ne tarde pas à faire ; se retirant afin d’attraper la bouteille que j’ai apportée, d’en dévisser le bouchon et d’en verser le contenu dans les deux verres face à nous. « Tu comptes boire ça pur ? » m’interroge-t-il en me tendant le mien. Ce à quoi je rétorque par un plissement d’yeux malicieux. « Pour qui tu me prends, Whyton ? » je chuchote en le défiant du regard. Pourtant, je ne porte pas encore le liquide transparent à mes lèvres. Je me contente de l’observer, tandis qu’il allume la chaîne hi-fi d’un geste souple. Si l’on m’avait dit, deux ans plus tôt, alors que je rentrais dans la chambre de ce jeune homme complètement perdu, que je me tiendrais à ses côtés, prête à me lancer dans les brumes de l’alcool, j’aurais hoché violemment la tête. Nié. Affirmé que c’était impossible. Ceci étant, en cet instant précis, aussi paradoxal que cela puisse paraître, il n’y a pas un seul endroit au monde où je voudrais être plus qu’ici. « Pourquoi tu n'es pas à l'anniversaire du Colonel ? » La réponse me paraît si évidente que je faillis éclater de rire. Je me contente de sourire tendrement, et mes épaules sont agitées par un léger haussement.

Cette réponse ne semble pas le convaincre. Je sens son regard qui scrute le moindre de mes traits. C’est qu’il me mettrait presque mal à l’aise, l'idiot ! Signe d'une certaine nervosité, j'effleure les mèches brunes, les mèches rebelles qui s'échappent de ma tresse. Je joue doucement avec mon verre, fais glisser le liquide d’une paroi à l’autre, puis tourne mon visage vers lui. « Tu vas bien au moins ? » Cette fois, j’acquiesce, le rassure d’un sourire complice. Tandis qu’il aspire une longue traite d’alcool, j’entrouvre les lèvres : « Je vais très bien, ne t’inquiète pas. » réponds-je simplement. Et je l’imite, porte le verre à ma bouche, laisse la brûlure descendre dans ma gorge. Je ne peux réfréner la grimace qui se dessine déjà sur mon visage, en réaction de l’âpreté qui reste sur mon palais ; bien malgré moi, je suis certaine qu’Asher l’a aperçu. Je pince les lèvres, y passe doucement ma langue, mes iris concentrés sur les fenêtres tandis que j’imagine la fête qui se déroule à l’extérieur. « Si je n’y suis pas, c’est parce que je savais que tu n’y serais pas non plus. » je lâche enfin, en réponse à sa première question. Et, si j’aurais certainement pu trouver quelqu’un pour m’accompagner – peut-être même ma meilleure amie – je devinais d’avance que toutes mes pensées auraient été dirigées vers lui. J’aurais passé ma soirée à me demander ce qu’il fichait ; s’il dormait ; s’il déprimait ; s’il était seul.

Je quitte la vision de son visage, me concentre à nouveau sur mon verre, décide de lui donner une nouvelle chance. J’en reprends une gorgée. Longue, rugueuse sur la langue. Le feu de l’alcool qui caresse les parois de ma gorge me fait plisser le nez, les yeux. Je sais qu’il va se moquer de moi alors, dès que le verre quitte mes lèvres entrouvertes, je rétorque : « Tu vois : je le fais presque aussi bien que toi. » Je laisse échapper un petit rire, léger, aérien. Puis, c’est à mon tour d’assouvir ma curiosité. « Et toi, c'est quoi ton excuse ? » Je la connais bien, la raison. Mais puisqu’on est à se révéler des vérités, autant qu’elle vienne de lui.

_________________
maybe i'm not the one for your love, maybe i'll be your heaven above, maybe i'll write a story for two, maybe i'll be the do that you do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✈ ÂGE : 31 ans
✈ AVATAR : Jamie Dornan
✈ MÉTIER : Instructeur de pilotage, ancien pilote de chasse aujourd'hui déclaré inapte
✈ STATUT : Célibataire
✈ GRADE : Officier, lieutenant
✈ LOCALISATION : Hickam Air Force base
✈ MESSAGES : 425
✈ PSEUDO : blue velvet.
✈ CRÉDITS : Tearsflight
✈ DATE D'ARRIVÉE : 12/01/2013


MessageSujet: Re: Drunk in love [Max]   Mar 11 Mar - 15:45

J'aime son attitude joueuse, légère. Elle ne semble s’inquiéter de rien, comme si ce qui l'entourait ne pouvait pas l'atteindre. Peut-être n'est-ce qu'une image qu'elle se donne, un masque qu'elle porte, comme beaucoup on ont, moi y compris. Mais j'en doute. Max est ce genre de femme. Et c'est pour ça que sa présence est si réconfortante. Je la sers mais elle ne boit pas immédiatement. Je sens son regard posé sur moi, pourtant je ne suis pas gêné. Elle ne voit pas mon handicap, Max. Elle m'a toujours connu comme ça.  La musique résonne doucement dans tout l'appartement. Je lui demande si elle va bien et m'empare de la bouteille à nouveau. Cette vodka me fait un bien fou. « Je vais très bien, ne t’inquiète pas. » Elle boit et son visage grimace. Je réprime un rire, je fais comme si de rien n'était. Elle m'attendrit, qu'est-ce qu'elle est belle ce soir ... « Si je n’y suis pas, c’est parce que je savais que tu n’y serais pas non plus. » Je fronce un sourcil en entendant sa réponse. Je suis troublé. J'aurais pu me rendre à cette fête, peut-être, si Max m'avait accompagné, et si je m'étais trouvé dans une meilleure humeur ... Mais depuis quand a t-elle besoin de ma présence pour s'amuser ? Elle doit se foutre de moi. Elle plaisante, bien sûr. Je ne relève pas, pas certain d’interpréter correctement ce qu'elle vient de dire. Je me contente de lui sourire timidement tandis que je rebouche la bouteille. Elle boit à nouveau et grimace de plus belle. Elle n'a manifestement pas l'habitude de boire l'alcool pur, et cette fois je ne peux m'empêcher de rire doucement. « Tu vois : je le fais presque aussi bien que toi. » Elle m'amuse, me transporte. Toute mon attention est dirigée vers elle, toutes mes pensées. Dans mon esprit, c'est le calme olympien. « Bouge pas Dawson, je vais te chercher du jus de fruit sinon tu vas jamais finir ce verre.» Je ris encore. Je roule rapidement jusqu'à la cuisine, je n'ai pas envie de m'éloigner d'elle. « Et toi, c'est quoi ton excuse ? » J'attrape la brique en carton, la pose sur mes jambes et retourne au salon. Je lui la tends et je plonge à nouveau mon regard dans le sien. « Tu ne m'y a pas emmené.» Je lui réponds simplement, un sourire en coin.

Je porte le verre de vodka à mes lèvres, je bois plus lentement cette fois-ci. Je laisse divaguer mon esprit un instant, calme, serein. J'aimerais sentir ses longs cheveux glisser entre mes doigts, sur ma peau. Pourquoi est-ce que je pense à ça ? Max n'est qu'une amie.  Oui on a déjà couché ensemble, mais c'était pour le fun. C'est comme ça sur le papier, Max plus Ash égal amitié charnelle. Rien de plus. Pourquoi on en voudrait davantage ? Pourquoi je voudrais vivre avec elle au quotidien ? Pourquoi je voudrais être jaloux ? Ben ouais, pourquoi Ash ? J'en sais rien. Pourquoi pas ?

« Depuis quand les psys se saoulent avec leurs patients ?» Je la provoque tendrement. Je veux entendre sa voix, et je ne veux pas que ça s'arrête. « J'espère au moins que j'ai l'exclusivité...» Je sais que je l'ai. Ce que je ne sais pas, c'est pourquoi. Que peut t-elle bien me trouver ? Elle se trompe peut-être sur moi, me prend pour un homme que je ne suis pas, elle m'idéalise peut-être.  Puis, elle sait qu'il y a Riley. J'ignore comment elle la considère. A vrai dire, j'ignore moi-même comment qualifier la relation qui m'unit à Riley, autant que celle qui m'unit à Max. J'aime Riley, pourtant c'est plus fort que moi, je la rejette par crainte d'être rejeté moi aussi. Avec Max, je ne me pose pas tant de questions. Mon esprit s'active à nouveau, j'en grimace comme pour l'arrêter. Je ne veux pas réfléchir, je suis incapable de trouver des réponses. Je finis mon verre cul sec, j'endors mes états-d'âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✈ ÂGE : vingt-six ans.
✈ AVATAR : emilia clarke.
✈ MÉTIER : infirmière psychologue.
✈ STATUT : célibataire.
✈ GRADE : sous-officier, sergent chef.
✈ MESSAGES : 304
✈ PSEUDO : beautiful days (rose).
✈ CRÉDITS : tearsflight (avatar) rose (gifs).
✈ DATE D'ARRIVÉE : 09/03/2014


MessageSujet: Re: Drunk in love [Max]   Mar 11 Mar - 16:48

Je ris avec lui, tandis qu’il s’éloigne en direction de la cuisine, attends sa réponse à ma question avec une certaine impatience que je ne tente pas même de dissimuler. L’espace d’un instant, je me laisse bercer par le fond sonore, ferme les yeux ; je ne regrette pas du tout de ne pas être allée à cette fête. Plus que cela, j’ai la certitude que, ce soir, ma place est ici et que j’y suis bien, auprès de lui. J’ouvre les paupières lorsqu’il réapparait, saisis délicatement la brique de jus de fruit qu’il me tend, le remercie doucement et, quand il plonge ses yeux dans les miens, je me sens comme happée. « Tu ne m'y as pas emmené. » répond-il simplement et je médite ses mots durant quelques secondes, digère l’information. Est-il sérieux ? Aurais-je dû ? Mes yeux papillonnent sur les traits de son visage à la recherche de je ne sais trop quoi, peut-être d’une réaction, mais ils butent sur ce sourire en coin, amusé, que j’aime voir sur lui. Qui lui va si bien. Je profite qu’il prenne une nouvelle gorgée pour détourner les iris et verser une goutte de jus de fruit dans mon verre. Je me sens troublée, je n’en connais pas les raisons et j’en viens à me demander si ce ne sont pas les deux premières lampées d’alcool qui me montent déjà à la tête. Pourtant, j’en avale une troisième. Que j’apprécie, cette fois. Le jus de fruit en atténue l’âpreté ; je pourrais en boire comme un thé sucré.

Le silence nous enveloppe délicatement, mais je n’en éprouve aucune gêne. Simplement un sentiment de curiosité. Je lui jette un rapide coup d’œil et je me demande ce qui hante ses pensées. Qui hante ses pensées. Je m’empêche de prononcer ce prénom dans ma tête, même si elle me paraît être l’évidence même. Et puis, finalement, le silence est rompu par sa voix grave et je lui en suis reconnaissante. J’aurais pu me torturer longuement. « Depuis quand les psys se saoulent avec leurs patients ? » Pour toute réponse, il n’aura qu’un nouveau rire ; ce qui ne semble pas le contenter. « J'espère au moins que j'ai l'exclusivité... » Je suis certaine qu’il le sait. L’exclusivité toute entière. Après tout, ce n’est pas pour rien si je me suis rendue chez lui plutôt qu’à la fête où nous étions tous les deux invités.

Pourtant, je décide de m’amuser un peu de la situation. Je me mords la lèvre, faussement mal à l’aise, en hochant la tête de droite à gauche. Puis, je hausse les épaules doucement, feins une petite moue innocente et reprends une gorgée du mélange. « Plus maintenant, hélas. Je voulais justement t’en parler... » je commence et mes lèvres frémissent sous le sourire radieux que j’essaie difficilement de réfréner. Je me sens bien avec lui, j’aime ce que je lis dans ses yeux, cet aplomb nouveau que je décèle en lui. J’aime m’en amuser. Le provoquer, comme il le fait si bien avec moi. « Il y a ce nouveau patient – un très beau garçon... D’ailleurs, je crois que je vais aller le rejoindre. » Et comme si, effectivement, j'étais pressée, je termine le fond de mon verre d’une longue gorgée ou deux. Cette fois, je sens à nouveau la brûlure mais elle est agréable. « A moins que tu n’aies encore besoin de moi ? » je propose finalement. Cette fois, le sourire s’épanouit complètement sur mes lèvres. De toute façon, besoin de moi ou pas, je ne compte aller nulle-part.

_________________
maybe i'm not the one for your love, maybe i'll be your heaven above, maybe i'll write a story for two, maybe i'll be the do that you do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✈ ÂGE : 31 ans
✈ AVATAR : Jamie Dornan
✈ MÉTIER : Instructeur de pilotage, ancien pilote de chasse aujourd'hui déclaré inapte
✈ STATUT : Célibataire
✈ GRADE : Officier, lieutenant
✈ LOCALISATION : Hickam Air Force base
✈ MESSAGES : 425
✈ PSEUDO : blue velvet.
✈ CRÉDITS : Tearsflight
✈ DATE D'ARRIVÉE : 12/01/2013


MessageSujet: Re: Drunk in love [Max]   Mar 11 Mar - 20:44

Mon regard se pose à nouveau sur elle, et c'est assez pour chasser les pensées qui hantent mon esprit. Ses yeux bleus pétillent, elle se mord la lèvre et hausse les épaules, taquine.  Elle boit et l'alcool semble enfin plus doux à son palais. « Plus maintenant, hélas. Je voulais justement t’en parler... » J'hausse brutalement les sourcils, l'air faussement éberlué. Je commence à bien la connaitre, je vois ses fossettes se creuser, elle s'empêche de rire aussi fort qu'elle le peut. Je la fixe, sérieux. « Il y a ce nouveau patient – un très beau garçon... D’ailleurs, je crois que je vais aller le rejoindre. » Je feins un sursaut, et par réflexe, ma main va emprisonner son poignet. Je sens son pouls s'affoler sous mes doigts. «Tu l'as déjà rejoins, Max ...»  Je souris à pleines dents, elle me provoque et j'aime ça. J'aime ce sentiment qu'elle produit en moi. C'est de la jalousie, de la possessivité. Je crois que si elle fréquentait quelqu'un autre, ça me rendrait fou de rage. De son autre main, elle termine hâtivement son verre, simulant un départ imminent. Mon emprise se fait plus forte. « A moins que tu n’aies encore besoin de moi ? » Je grogne et la tire contre moi. Je passe mes bras autour d'elle et la serre fort, car une partie de moi me dit qu'elle pourrait ne pas plaisanter. « Tu n'imagines pas à quel point ! » Si je n'étais pas cloué à se fauteuil, j'aurais surement bondi sur le canapé pour l'immobiliser et lui faire regretter cette petite provocation. A la place, je lui embrasse la joue avant de la libérer de mon étreinte, un peu gêné. « Tu n'es pas sérieuse, hein ?» Voilà au point où j'en suis. L'ancien moi n'aurait jamais dis cela. Je me gifle mentalement. Bien sûr qu'elle te taquine, Ash. Je la regarde un long moment en silence.  « Tu me rends dingue ... »  Je secoue la tête de gauche à droite en riant doucement. Oui, elle me rend dingue. Elle me contrôle, elle m'obsède, elle me fait douter, elle me rend meilleur ... Et elle est là, innocente et rieuse, pas très sûre de ce qu'elle fait. J'aimerais pouvoir lire dans ses pensées, savoir ce qu'elle veut, ce qu'elle attend de moi. J'aimerais pouvoir être sûr que je peux la rendre heureuse. L'alcool brouille mes idées et je sens la chaleur me monter au visage. J'ai envie d'elle, mais ce n'est pas juste cela. Il y a autre chose, et je suis troublé.

Je regarde la bouteille un instant, puis me tourne à nouveau vers Max. Je lui tends la main et lui fait signe de venir s'assoir sur mes genoux. « Attrape la vodka, je t'emmène faire un tour.» Je veux m'allonger avec elle, pouvoir la prendre dans mes bras sans être bloqué par ce fauteuil.  

_________________
There's no need to justify or categorize each others company © signature by anaëlle.

Just broke:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✈ ÂGE : vingt-six ans.
✈ AVATAR : emilia clarke.
✈ MÉTIER : infirmière psychologue.
✈ STATUT : célibataire.
✈ GRADE : sous-officier, sergent chef.
✈ MESSAGES : 304
✈ PSEUDO : beautiful days (rose).
✈ CRÉDITS : tearsflight (avatar) rose (gifs).
✈ DATE D'ARRIVÉE : 09/03/2014


MessageSujet: Re: Drunk in love [Max]   Mar 11 Mar - 22:24

Le contact de ses doigts autour de mon poignet est agréable. Sa peau est tiède, douce, elle laisse une marque invisible à l’endroit exact où elle effleure la mienne. Je sens mon palpitant qui accélère parce que je sais qu’il a raison, et que je ne pensais pas qu’il l’avait deviné. Ce patient, il s’agit évidemment de lui. A-t-il seulement conscience de l’effet qu’il a sur moi ? J’espère que non. Rien qu’à cette idée, je me sens rosir. Et je n’ai pas même le temps de feindre l’indifférence qu’il presse sa main autour de mon poignet, m’attire à lui. J’inspire, profite pleinement de son parfum qui fait doucement tourner ma tête, d’une façon si délicieuse que j’ai très envie de rester plaquée contre lui jusqu’à la fin de ma vie. Cette fois, je sens que je rougis complètement ; et Asher m’achève d’un baiser sur la joue. Lorsqu’il desserre son étreinte, je le regarde pensivement, un sourire distrait sur les lèvres. Je me souviens de tout ; de la pression de ses lèvres sur les miennes, de la soie de ses mains qui m’effleure, me fait frissonner. J’ai envie de lui, cette évidence me frappe ardemment. Nous avons déjà partagé le même lit, plus d’une fois, mais je suis toujours surprise de la réalité de ce que je ressens au fond de moi quand je me rappelle ces instants. « Tu me rends dingue ... » Il me tire de mes pensées, et je ne suis pas certaine d’avoir bien compris. Ou peut-être n’ai-je tout simplement pas envie de comprendre, car cette confession fait écho à ce que je ressens et que je refuse d’avouer.

C’est lui qui me rend dingue. C’est ce petit rire qui s’échappe de ses lèvres. Ses yeux qui sondent mon visage, qui m’embarrassent et me donnent l’impression d’être importante dans un même temps. Finalement, il tend la main vers moi. En réaction, j’arque un sourcil, je l’interroge du regard. « Attrape la vodka, je t'emmène faire un tour. » Je souris, emballée par l’idée, devinant peu à peu où ce tour nous mènera, balayant les doutes qui cognent déjà contre les parois de mon crâne, comme un avertissement. Qu’est-ce que tu fais, Maxine ? Ses yeux finissent de me convaincre, je laisse là mes questions sans réponse. D’un geste souple, j’attrape la bouteille de vodka, me glisse sur ses genoux, tout contre lui. Mon visage se niche dans le creux de son cou, là où je retrouve les épices de son parfum. Détendue, sereine, je ferme les yeux et mes lèvres effleurent délicatement sa peau. « Dis-moi quelque chose que tu n’as jamais dit à personne… » je souffle doucement.

Je ne sais pas vraiment ce que j’attends ; seulement une confidence, tout ce qu’il voudra bien me livrer. « Tu veux savoir mon secret ? » Je souris, tandis que nous approchons de sa chambre, que mon bas ventre se tord sous l’impatience d’être dans ses bras. « J’aime te rendre dingue. » j’avoue, me demandant si c’est déjà l’alcool qui délie ma langue. Me demandant si je ne vais pas regretter de le lui avoir fait savoir. Cette confession lui donne une occasion de plus de se jouer de moi, de me provoquer. Je décide finalement que non. Je ne le regrette pas. Je le rends dingue, et c’est tout ce que je retiens.

_________________
maybe i'm not the one for your love, maybe i'll be your heaven above, maybe i'll write a story for two, maybe i'll be the do that you do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✈ ÂGE : 31 ans
✈ AVATAR : Jamie Dornan
✈ MÉTIER : Instructeur de pilotage, ancien pilote de chasse aujourd'hui déclaré inapte
✈ STATUT : Célibataire
✈ GRADE : Officier, lieutenant
✈ LOCALISATION : Hickam Air Force base
✈ MESSAGES : 425
✈ PSEUDO : blue velvet.
✈ CRÉDITS : Tearsflight
✈ DATE D'ARRIVÉE : 12/01/2013


MessageSujet: Re: Drunk in love [Max]   Mer 12 Mar - 17:11

Je suis calme, serein. J'oublie tout, il n'y a qu'elle. Je lui dis de venir, c'est presque un ordre. Et s’exécute, d'abord hésitante, puis plus confiante. Elle s'empare de la bouteille de vodka et vient s'asseoir sur mes genoux, enroulant ses bras autour de mon cou. Ses cheveux caressent mon visage, son souffle me réchauffe. Je sens son cœur battre contre ma poitrine, et ses lèvres effleurer ma peau. La sentir contre moi me plonge dans un profond sentiment de bien-être. Son parfum est délicat, ses gestes doux et légers. J'ai envie de la serre contre moi davantage mais mes bras me servent à avancer.  « Dis-moi quelque chose que tu n’as jamais dit à personne… » Elle chuchote et je frissonne. Quelle réponse attend t-elle ? Que suis-je capable de lui avouer ? Il y a tellement de choses que je pourrais lui dire et que je n'ai jamais dis à d'autres. Elle est la meilleure chose qui me soit arrivée depuis l'accident. Elle est ma bouffée d'air frais, mon pilier, mon encre.  Je ris doucement. Je ne peux pas le lui dire. Cela aurait de trop grandes conséquences, et j'ai peur de ne pas être prêt. Je lui glisse un baiser dans le coup, et lui chuchote à mon tour « Tu es la meilleure infirmière que je n'ai jamais eu.» Il y a de l'amusement dans ma voix, elle sait qu'elle est beaucoup plus, elle sait que je ne lui dis pas tout. Son visage se fend d'un sourire éclatant tandis que nous approchons de la chambre. « Tu veux savoir mon secret ? » Mon palpitant s'affole. Elle me regarde droit dans les yeux et je mords la lèvre tant le désir monte en moi. J'hausse un sourcil, l'incitant à continuer.  « J’aime te rendre dingue. » Je ris doucement, nous arrivons enfin à hauteur du lit. Je lâche les roues et porte mes mains sur ses côtes. Je lui les pince jusqu'à qu'elle se torde de rire et tombe sur le matelas devant nous. « Tu vis dangereusement, chaton.» Elle me provoque, elle sait que j'aime ça.

Je pose les mains sur le lit et je hisse hors de mon fauteuil. Mes jambes se laissent trainer, inanimées. Je remonte  le matelas et repose ma nuque sur l'un des oreillers. J'ouvre les bras et fais signe à Max de venir s'y coucher. Là, tout contre moi. La musique berce encore l'appartement, plus discrète encore. J'entends chacune de ses respirations, je pourrais rester là, sans rien dire, pendant des heures. Je passe ma main dans ses cheveux, et je les caresses délicatement, sensuellement. «J'ai besoin de toi Max, plus que tu ne le crois. »  Est-ce un mal ? Peut-être ... Je souris. «Encore plus dépendant de toi que je ne le suis de mon fauteuil.»  Je commence à rire, amusé par cette métaphore pourtant si bien imagée. «Ça, je ne l'ai jamais dit à personne.» Je pose mon autre main sur sa hanche, caresse ses courbes du bout des doigts. Je la sens frissonner et je pousse un soupir d'excitation. Ma main remonte le long de son corps et vient soulever son menton pour poser mes lèvres sur les siennes. Je l'embrasse fougueusement et passe ma main son son corsage, caressant son échine avec retenue et tendresse...

_________________
There's no need to justify or categorize each others company © signature by anaëlle.

Just broke:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✈ ÂGE : vingt-six ans.
✈ AVATAR : emilia clarke.
✈ MÉTIER : infirmière psychologue.
✈ STATUT : célibataire.
✈ GRADE : sous-officier, sergent chef.
✈ MESSAGES : 304
✈ PSEUDO : beautiful days (rose).
✈ CRÉDITS : tearsflight (avatar) rose (gifs).
✈ DATE D'ARRIVÉE : 09/03/2014


MessageSujet: Re: Drunk in love [Max]   Mer 12 Mar - 20:07

Sa confession me laisse perplexe, mais je ne dis rien. Je ne réclame rien. J’en viens même à l’oublier, là, bien à l’abri de ses bras. Tout ce qui compte, c’est son étreinte. Et son rire qui résonne si voluptueusement à mes oreilles, et qui me semble plus mélodieux encore que la musique que l’on entend en sourdine. Je pouffe quand il m’attrape par la taille, quitte la fièvre de ses bras en me laissant doucement choir sur le matelas moelleux. « Tu vis dangereusement, chaton. » Je ris à sa remarque, me fige quelques instants, fixe le plafond en souriant, m’apercevant naïvement que sa teinte m’est familière. Cette chambre m’est familière. Ma place sur ce lit est comme... Naturelle. Devrais-je en éprouver une sorte de réjouissance ? Toute la question est là, et je n’y réponds pas. Pas tout de suite. Je me redresse lentement et, tandis qu’il se hisse à mes côtés, je dévisse la bouteille de vodka que je porte directement à mes lèvres. Je la réprime bien, cette grimace. En fait, ça devient presque agréable. Si je vis dangereusement, alors que dire de lui ? Qu’il vit courageusement. Bravement. En ne baissant plus les bras.

Quand il m’ouvre les bras, je ne me fais pas prier. Nonchalamment, je me glisse tout contre lui, ses bras m’entourent et je me sens bien, rassurée. En sécurité. Je respire calmement, j’inspire son parfum ; il m’envahit entièrement et détend tout mon corps. Je me fonds contre lui, m’aperçois que je suis si bien que j’éprouve quelque peine à nous dissocier ; où termine mon propre corps et où commence le sien. Il se met à frôler ma crinière brune, je ferme les yeux sous ce contact. « J'ai besoin de toi Max, plus que tu ne le crois. » Je souris. J’entends mon sourire : un souffle tendre et étouffé qui s’échappe de mes lèvres. Je ne le coupe pas, cependant. J’ai très envie d’en entendre davantage. « Encore plus dépendant de toi que je ne le suis de mon fauteuil. » Je pique un fard, ne sais plus où me mettre. Alors, je reprends contenance en m’amusant avec ses boutons de chemise. J’ai oublié de lui dire qu’elle lui va bien. Qu’elle met ses yeux en valeur. Mon esprit gamberge, je ne le retiens plus. C’est Asher, de sa voix grave, qui me ramène à la réalité. « Ça, je ne l'ai jamais dit à personne. » Je lui en suis reconnaissante. Follement. Éperdument reconnaissante. Cette confession, elle me fait du bien. Elle glisse sur moi et m’enveloppe comme dans un cocon confortable. J’en frissonne, mets quelques temps à m’apercevoir que ce sont, en fait, les caresses de cet homme qui provoquent ces frissons, qui me font perdre la tête.

Et c’est une brulure à peine supportable que je ressens. Elle prend naissance dans le bas de mon ventre, remonte doucement et incendie chacun de mes membres, met le feu au creux de mes reins, dans mon dos et à l’endroit même où se posent ses doigts. Il se joue de moi, il me nargue. Il n’y a aucune chance pour qu’il ne saisisse pas toute la portée de mon désir pour lui en cet instant précis, et je suis presque certaine qu’il s’en amuse. Comment ne le pourrait-il pas ? Je me sens comme une poupée de porcelaine, ballotée d’une émotion à une autre sans ménagement aucun. Plus encore quand il m’embrasse. A mon avis, ses lèvres sont la solution à tous les maux du monde. En tout cas, elles sont la solution à tous mes maux, tous mes doutes. Les rouages de mon esprit se bloquent, j’ai très envie de lui demander ce qu’on est en train de faire, où on embarque, mais les questions s’envolent dès qu’elles sont prononcées silencieusement dans un coin de ma tête. Alors, j’agis. J’arrête de penser et j’agis. Je franchis la barrière de ses lèvres à mon tour, m’abandonne complètement à ce baiser, tandis que ma main glisse contre sa nuque, sur le col de sa chemise, mes doigts font sauter un bouton ou deux. Ou trois. Ils se coulent sur le satin de sa peau ; je suis toujours bouleversée par la chaleur qui émane de lui, qui m'emporte loin de mon quotidien. « Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de toi ? » je souffle, mon front contre le sien, m’astreignant à retrouver un rythme de respiration normale. J’ai presque honte de ce souffle erratique qui remplit toute la pièce. C’est lui qui me met au supplice. Je suis dans l’attente, l’expectative. J’aime cette sensation. Et, pourtant, en un sens, je me mens parce que la véritable question, celle que j’aurais dû lui poser, c’est plutôt : qu’est-ce qu’il va bien pouvoir faire de moi ?

_________________
maybe i'm not the one for your love, maybe i'll be your heaven above, maybe i'll write a story for two, maybe i'll be the do that you do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✈ ÂGE : 31 ans
✈ AVATAR : Jamie Dornan
✈ MÉTIER : Instructeur de pilotage, ancien pilote de chasse aujourd'hui déclaré inapte
✈ STATUT : Célibataire
✈ GRADE : Officier, lieutenant
✈ LOCALISATION : Hickam Air Force base
✈ MESSAGES : 425
✈ PSEUDO : blue velvet.
✈ CRÉDITS : Tearsflight
✈ DATE D'ARRIVÉE : 12/01/2013


MessageSujet: Re: Drunk in love [Max]   Jeu 13 Mar - 21:03

Nos corps se réchauffent, nos souffles se mêlent. Je sens son désir monter sous mes caresses, et l'effet sur moi n'en est que plus brûlant.  J'oublie mon handicap, je ne pense à rien. Je n'aurais pu demandé meilleure amante dans mes bras à cet instant.  Mes doigts jouent sur elle comme ceux d'un violoniste sur son instrument. Mon cœur s'affole, mon toucher se fait moins doux, plus intense. Je retrouve l'homme que j'étais. Pas de doute, pas de crainte. Je m'abandonne entièrement à Maxine et elle fait de même. Elle me laisse la guider, prendre les choses en mains. A ses yeux je suis normal, dans le sens où ma paraplégie semble ne pas compter pour elle. Et j'aime cela, pour rien au monde je ne souhaiterais que ce regard change.  Mes lèvres s'écrasent contre les siennes et mon esprit s'embrume. Elle m'hypnotise, me rend esclave de mes émotions. Elle se laisser aller à son tour et ses mains viennent contre ma nuque, puis descendent le long de ma chemise pour en défaire les boutons. Ses doigts sont fins et délicats, elle a la dextérité des couturières. Enfin ils se promènent délicatement sur mon torse à présent dénudé.  Mon souffle se fait plus fort, plus saccadé aussi. Je veux la faire basculer sur le dos, prendre le dessus à mon tour. Je ne peux pas, mes jambes ne répondent pas et je me rappelle. « Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de toi ? » Sa voix me transporte à nouveau. Je me résigne, j'oublie la frustration du handicap. Je souris et embrasse son cou.  Son parfum m’enivre, je prenne à peine attention à ces mots qu'elle vient de prononcer. Elle repose son front contre le mien et sa respiration se fait plus régulière. Elle calme le jeu, souhaites t-elle que j'arrête ?

Je porte mes mains à son visage et plonge mon regard dans le sien. Le désir est électrique, mais j'aime prendre mon temps. J'embrasse ses lèvres encore quelques fois.  « Tu sais, on n'est pas obligé. Ne pense pas que je n'attends que ça de toi. Tu peux très bien passer à la maison sans qu'on finisse au pieu, je ne t'en voudrais pas. » Ai-je envie d'elle ? Oui, plus que tout. Je ne veux pas qu'elle se considère comme une simple amie avec qui je peux coucher lorsque j'en ai envie. Elle est tellement plus, et elle mérite tellement mieux. Je me redresse pour m'assoir et entoure mes bras autour d'elle pour qu'elle ne bouge pas. C'est la seule manière de me tenir droit tout en étant au plus près d'elle. Ses jambes autour de ma taille, je la sers contre moi et baise à nouveau le creu de son cou. Puis, je saisis la bouteille et bois quelques gorgées avant de lui la tendre. Je poursuis, plus taquin.« A moins que t'aies voulu m'acheter avec cette vodka ?»

_________________
There's no need to justify or categorize each others company © signature by anaëlle.

Just broke:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✈ ÂGE : vingt-six ans.
✈ AVATAR : emilia clarke.
✈ MÉTIER : infirmière psychologue.
✈ STATUT : célibataire.
✈ GRADE : sous-officier, sergent chef.
✈ MESSAGES : 304
✈ PSEUDO : beautiful days (rose).
✈ CRÉDITS : tearsflight (avatar) rose (gifs).
✈ DATE D'ARRIVÉE : 09/03/2014


MessageSujet: Re: Drunk in love [Max]   Ven 14 Mar - 9:33

Finalement, ma respiration se fait plus harmonieuse. Les battements de mon cœur y répondent d’une façon beaucoup plus symétrique aussi, je sens qu’il palpite moins fiévreusement contre ma poitrine. S’il est vrai qu’Asher me met dans un état second, j’admets sans honte aucune qu’elle est agréable, cette sensation de flottement. Je ne pense plus à rien. En fait, c’est bien simple, chacune de ses caresses annihilent la moindre de mes réflexions. Je ne suis plus capable que de gestes et de sourires, de soupirs aussi. Et cette façon de lâcher prise sur ma vie est si douce que j’en souris encore, veux m’écarter légèrement, juste pour mieux le regarder, mais il me retient. Ses mains encadrent mon visage, ses yeux me scrutent, me fixent. Lisent dans mes prunelles. Pendant quelques millièmes de seconde, je bats des cils, un peu effrayée à l’idée de ce qu’il peut lire dans le regard que je lui renvois. J’aimerais qu’il m’embrasse à nouveau, afin que cette pensée soit chassée comme toutes les autres.

Et il s’exécute, dépose un nouveau chapelet de baisers sur mes lèvres. C’est drôle, cette façon qu’il a de répondre à mes désirs sans même que je ne les prononce. C’est déstabilisant aussi. Suis-je donc si prévisible ? Ou est-ce seulement la preuve qu’il me connaît aussi bien que moi-même ? Peut-être mieux parfois. Et puis, il s’écarte, je le laisse faire sans broncher mais mes lèvres ressentent déjà le manque des siennes. Lorsqu’il parlait de dépendance, il avait raison. Moi aussi je dépends de lui. « Tu sais, on n'est pas obligé. Ne pense pas que je n'attends que ça de toi. Tu peux très bien passer à la maison sans qu'on finisse au pieu, je ne t'en voudrais pas. » Je souris, parce que j’aime qu’il s’intéresse à ce que je pense, à ce que je ressente. Et, pourtant, je suis partagée entre tout un tas d’émotions contradictoires. Je suis amusée, d’abord, qu’il puisse penser que je n’en ai peut-être pas envie aujourd’hui, alors que tout mon corps crie à la torture quand ses doigts quittent ma peau. Puis, je suis touchée, évidemment, qu’il ait deviné que je ne suis pas ce genre de femmes. Qu’il me faut plus, une plus grande place dans sa vie, dans son cœur. Mais il me semble sincèrement avoir trouvé cette place, bien que je ne sache pas très  bien l’expliquer, ni même la décrire. Peut-être n’existe-t-il aucun mot pour décrire ce que l’on vit. S’il on en veut un, il faudrait simplement l’inventer nous-même.

Pendant un temps, je me perds dans les méandres de mon esprit. Je remercie intérieurement Asher qui me sort de mon immobilité. Il se déplace et je suis le mouvement qu’il imprime sur moi, me plaque contre lui, regarde chacun de ses mouvements, tandis qu’il reprend un peu de vodka. Il me tend la bouteille, je la prends de la main droite. « A moins que t'aies voulu m'acheter avec cette vodka ? » me glisse-t-il encore. Je ris et la réponse fuse. « Est-ce que j’ai réussi ? » Je bois encore une gorgée. Juste une, ou peut-être deux. Mais je m’arrête à deux, parce que je commence vraiment à avoir chaud et que je n’ai pas l’habitude de boire aussi rapidement. « Merci. » J’ajoute, plus sérieusement, tandis que je repose la bouteille. Je sais qu’il comprend que je le remercie pour ses mots, pour sa considération. Ces mots, ils m’ont touchée, émue. Plus qu’il ne se l’imagine, plus que je ne l’avoue. Cependant, je n’ai aucune envie que l’on s’embarque là-dedans ce soir, ou il comprendrait bien plus. Alors, je reprends, plus malicieuse. « Ceci dit, tu oublies une chose. » j’ajoute en glissant mes doigts sur ses bras en emportant sa chemise au passage, et j’en profite pour le débarrasser définitivement de cette barrière de tissu. « Peut-être que, moi, je t’en voudrais. » Je lui souris, de ce sourire taquin qu’il sait si bien reconnaître. Mais je ne suis pas très bonne dans ce rôle d’allumeuse, je ne sais pas vraiment garder mon sérieux, alors j'éclate rapidement de rire.

« Et qu’attends-tu de moi, exactement ? » La question est sincère. Depuis qu’il en a parlé, je suis curieuse. Peut-être que, lui, il connaît un mot pour nous décrire et j’aimerais qu’il me le confie. Et s’il me répond qu’il attend de moi d’être son amie, je me promets de lui mettre un coup derrière le crâne. Et, encore une fois, je m’égare. Alors mes yeux quittent les siens et je fonds sur lui, distrayant mon esprit qui vogue trop loin, en attendant sa réponse, je caresse ses épaules du bout des lèvres, remonte jusqu’à son cou, sa mâchoire. Pose ma main sur son torse, à la recherche d’un battement de cœur en accéléré qui répondrait au mien.

_________________
maybe i'm not the one for your love, maybe i'll be your heaven above, maybe i'll write a story for two, maybe i'll be the do that you do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✈ ÂGE : 31 ans
✈ AVATAR : Jamie Dornan
✈ MÉTIER : Instructeur de pilotage, ancien pilote de chasse aujourd'hui déclaré inapte
✈ STATUT : Célibataire
✈ GRADE : Officier, lieutenant
✈ LOCALISATION : Hickam Air Force base
✈ MESSAGES : 425
✈ PSEUDO : blue velvet.
✈ CRÉDITS : Tearsflight
✈ DATE D'ARRIVÉE : 12/01/2013


MessageSujet: Re: Drunk in love [Max]   Sam 15 Mar - 11:36

Son sourire réchauffe toute mon âme. Je me sens chanceux, privilégié d'avoir une telle femme dans mes bras à cet instant. J'ai n'avais jamais eu un tel manque de confiance en moi depuis l'accident. Mais ma vie a changé, et moi avec. Mon handicap me rend dépendant, vulnérable. Toutefois avec Max, je ne peux que voir le bon côté des choses, ou du moins essayé. Elle m'a déjà prouvé qu'il y avait mille façons de s'amuser en fauteuil, d'ailleurs je ris encore de cette prestation mémorable dans les escaliers. Depuis le début, elle est là pour moi. Et je ne peux que me demander pourquoi l'évident ne se présente t-il pas à mes yeux ... Surement car je ne veux me l'avouer. Mais pourquoi ?

Ma question la fait rire et je me joins à elle. Elle s'empare de la bouteille et ma main enfin libre va se poser à nouveau sur ses hanches, comme si le contact de ma peau sur la sienne se faisait indispensable à mon bien-être. « Est-ce que j’ai réussi ? » J'hausse un sourcil et garde le silence, l'air malicieux. Elle connait la réponse, ou si elle en doute, elle en aura vite le coeur net ... Max boit quelques gorgées et repose la bouteille, un peu maladroitement. L'alcool commence à se faire ressentir, et je crois qu'elle s'en rend parfaitement compte. Je suis amusé, je la sers contre moi, je voudrais que ce moment dure une éternité. « Merci. » Je ne suis pas sûr de savoir pour quoi exactement elle me remercie. La bouteille ? Ou bien, ce que je lui ai dit il y a un instant ? Peu importe. Ce mot résonne tendrement dans mon esprit, je m'en délecte un instant, le regard perdu dans le sien. Puis, elle me sort de mes pensées en poursuivant. « Ceci dit, tu oublies une chose. » Ses doigts glissent sur ma peau, et avec une habilité certaine, elle retire ma chemise en une fraction de seconde. Enfin, la barrière de tissu qui se dressait entre nous s'amenuise peu à peu, et la chaleur de nos corps de fait bientôt plus qu'une seule et même source. « Peut-être que, moi, je t’en voudrais. » Ma respiration s’accélère à nouveau. Je mords ma lèvre inférieure, je n'ai pas l'habitude de la voir si provocatrice, si aguicheuse. Cela ne me déplait pas, je sais qu'elle joue. Et je suis prêt à jouer. A mon tour, mes mains glissent sous son corsage pour le retirer délicatement. Mon regard quitte finalement le sien pour admirer un instant ses courbes, et cette lingerie raffinée. Je ne peux m'empêcher de sourire avant de relever les yeux. Mon corps brûle, le désir monte mais je le réprime du mieux que je peux. Je suis patient et j'aime savourer de chaque instant. « Et qu’attends-tu de moi, exactement ? » Sa question m'interloque. Je m'interroge réellement. Elle-même semble troublée par la question qu'elle vient de me poser, et comme si elle n'attendait pas vraiment de réponse, elle se détache de mon regard pour embrasser mon torse, mon cou ... Ses mains caressent sensuellement mon corps et je frissonne. Mes muscles se raidissent, mon coeur s'emballe.

Qu'attends ai-je d'elle ? Si seulement je le savais. Je la veux pour moi seul. Je la veux près de moi le plus souvent possible. Mais elle, qu'attend t-elle de moi, exactement ? J'aimerais lui retourner la question, mais je dois lui répondre avant. Je pose mes mains sur les siennes et suis ses mouvements. Je les guide, les intensifie. « J'aimerais que tu restes un peu plus qu'une nuit.» Je lui chuchote cela tel un secret, une confidence inavouable. Pourquoi ai-je tant de mal à lui dire ? Pourquoi m'interdis-je de trop l'aimer ? Je m'allonge à nouveau et laisse Max avoir une emprise totale sur moi. Je passe mes mains dans son dos, et joue avec l’agrafe de son soutien-gorge. « Est-ce que tu aimerais ? » Je reste là, dans l'attente d'un signe. Mes mains ont cessé de bouger sans même que je m'en rendre compte.

_________________
There's no need to justify or categorize each others company © signature by anaëlle.

Just broke:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✈ ÂGE : vingt-six ans.
✈ AVATAR : emilia clarke.
✈ MÉTIER : infirmière psychologue.
✈ STATUT : célibataire.
✈ GRADE : sous-officier, sergent chef.
✈ MESSAGES : 304
✈ PSEUDO : beautiful days (rose).
✈ CRÉDITS : tearsflight (avatar) rose (gifs).
✈ DATE D'ARRIVÉE : 09/03/2014


MessageSujet: Re: Drunk in love [Max]   Dim 16 Mar - 9:56

Je ne sais pas vraiment à quoi m'attendre. En fait, pendant un instant, j'hésite même à ouvrir la bouche et à lui dire que c'était une plaisanterie. Que je n'attends pas une réponse de sa part. Je ne sais pas vraiment ce qui a mu cette question dans mon esprit ; peut-être simplement la curiosité. Ou peut-être, tout aussi simplement, que je meurs d'envie de connaître ses pensées sur le sujet. Après tout, on n'a jamais abordé la question. On n'a jamais prêté attention à ce que l'on est l'un pour l'autre. Aux conclusions hâtives que tirent les yeux extérieurs à notre situation. Combien de fois m'a-t-on demandé si nous formions un couple, Asher et moi ? Combien de fois m'avait-on laissé entendre que je l'aimais ? Et, à chaque fois, ma réflexion est la même : oui, je l'aime. Je l'aime de cette façon spéciale et toute personnelle. Et je ne médite pas la question plus intensément. Je suis bien dans ses bras, dans ses draps. J'aime ce que je lis dans ses yeux.

Et c'est tout.

Alors, je retiens ma respiration en attendant que sa voix caresse mes oreilles. Je me demande si ce coup de pied dans la fourmilière était vraiment une bonne idée. Je sais que je regretterais cette question demain, s'il me répond quelque chose qui m'atteindra au cœur. Je sais que je me suis mise en danger, mais c'est déjà trop tard. Il ouvre la bouche pour me répondre et je suis heureuse qu'il ait ses mains sur les miennes. Qu'il les guide sur son corps. Sa peau brûlante fait le vide dans ma tête. Je ne pense plus qu'à son souffle chaud et ses lèvres, avides, bientôt sur mon corps.  « J'aimerais que tu restes un peu plus qu'une nuit.» Sa voix est un murmure, je me demande si j'ai bien compris. Qu'entend-il par un peu plus qu'une nuit ? Je le fixe intensément, tandis qu'il s'allonge à nouveau. Je resserre un peu la pression de mes jambes autour de lui, ses mains dans mon dos fourragent et m'empêchent de me concentrer. Et puis, elles s'immobilisent au creux de mes reins et il reprend : « Est-ce que tu aimerais ? » Je pense qu'il me fait marcher. Je plonge mon regard dans le sien, à la recherche de l'éclat, de la lueur. Mais il me paraît sérieux.

Il est sérieux. Il veut vraiment que je reste un peu plus qu'une nuit. Alors, je laisse ce sourire radieux s'épanouir sur mon visage. Je le regarde tendrement, hausse les épaules. Effleure sa joue du dos de ma main droite. « Je resterais toute ma vie, si tu me le demandais.  » Je réponds, et dès l'instant où les mots m'échappent des lèvres, je les regrette. Je suis idiote. Idiote et niaise. Mes yeux se posent sur la bouteille d'alcool ; je sais que c'est le responsable. Je ne filtre plus mes pensées. Pourtant, au lieu d'arrêter les dégâts, je l'attrape et m'envoie une nouvelle gorgée de vodka. Potion de la vérité. J'espère seulement qu'il imaginera alors que le rose de mes joues est dû à la brûlure et non à l'embarras. Puis, je la pose à nos côtés, je reprends. « Je ne dis jamais non à une invitation pour un petit-dej. » Le ton de la plaisanterie, à nouveau, et je ne me formalise pas de ce que cela peut signifier. Comme si on m'invitait souvent à rester toute une nuit... Combien de temps cela fait-il depuis ma dernière relation ? Il vaut mieux ne même pas y penser. Alors, je me penche sur lui, lui vole un baiser, deux. Puis un troisième, plus langoureux. Mes doigts dessinent des arabesques sur son torse, descendent doucement afin de venir à bout de la fermeture de son pantalon.

_________________
maybe i'm not the one for your love, maybe i'll be your heaven above, maybe i'll write a story for two, maybe i'll be the do that you do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✈ ÂGE : 31 ans
✈ AVATAR : Jamie Dornan
✈ MÉTIER : Instructeur de pilotage, ancien pilote de chasse aujourd'hui déclaré inapte
✈ STATUT : Célibataire
✈ GRADE : Officier, lieutenant
✈ LOCALISATION : Hickam Air Force base
✈ MESSAGES : 425
✈ PSEUDO : blue velvet.
✈ CRÉDITS : Tearsflight
✈ DATE D'ARRIVÉE : 12/01/2013


MessageSujet: Re: Drunk in love [Max]   Lun 17 Mar - 19:51

Son regard est plongé dans le mien, elle semble vouloir déceler chaque émotion qui le traverse. Mes mots semblent la troubler, elle ne me croit pas. Elle doit penser que je plaisante, que je la taquine à nouveau comme j'aime tant le faire. Pourtant, mes paroles sont sincères. Elle expriment un désir profond et vrai, une envie que je ne saurais réellement interpréter. Après tout, qu'est-ce que ça voulait dire ? Que je voulais qu'elle reste pour la journée ? Pour une semaine ? Pour autant de temps que la vie nous en donnera ? Je ne sais pas. Je ne me suis pas posé ces questions là. Je lui ai dis ce que j'avais sur le cœur, pas vraiment sûr du sens de mes mots, ni de la façon dont elle interprétante, mais je lui ai dis. Simplement, honnêtement.

Après quelques secondes de silence, un sourire radieux illumine son visage de poupée et je souris à mon tour. Elle caresse ma joue du dos de sa main et me répond enfin. « Je resterais toute ma vie, si tu me le demandais. » Je ris doucement. J'ai parfois du mal à la cerner, à la jauger ... Est-ce une plaisanterie ? Je crois, oui. Qui voudrait faire sa vie avec un paraplégique ? Elle ne me laisse le temps de l'en empêcher qu'elle saisit à nouveau la bouteille pour la porter à ses douces lèvres. Je la laisse faire et la regarde, amusé, attendri. Je ne suis pas le seul à me livrer ce soir, et pour elle comme pour moi, ce n'est chose aisée. Elle repose l'alcool et je m'en empare avant qu'elle ne s'y jette à nouveau dessus. « Je ne dis jamais non à une invitation pour un petit-dej. » A nouveau ce ton provocateur qui me rend si avide d'elle. A mon tour, je porte la bouteille à ma bouche . Il ne reste que quelques gorgées, et je ne veux pas que Max boive davantage. Je ne veux pas qu'elle se sente mal, ou qu'elle regrette ce qui est sur le point de se produire. Alors je finis la vodka, cul sec. « Maintenant, il n'y a plus que toi et moi.» Je lui souffle tendrement. Depuis le drame, je bois plus, et plus souvent. L'alcool me rend rarement saoul à ne plus savoir ce que je fais, mais il me permet d'embrumer mon esprit, comme un bouton qu'on placerait sur OFF. J'éteins mon esprit et ses pensées qui me torturent. Je noie mes souvenirs et brûle mes peurs. Je jette la bouteille sur le tapis, et je laisse Max m'envoûter de ses doux baisers. Je ferme les yeux tandis que je sens ses mains descendre le long de mon torse pour finir par déboutonner mon pantalon. Elle sait que je ne pourrai l'ôter moi-même, pas dans cette position. Une pointe d’inquiétude surgit alors en moi, mais mes lèvres rencontrent les siennes à nouveau et mes craintes s'évanouissent. S'il y a bien une femme avec laquelle je ne devrais avoir aucune appréhension, c'est bien cette chère Maxine ... A nouveau mes mains viennent remonter son échine, et d'un geste rapide, je dégrafe son sous-vêtement pour libérer ses formes si gracieuses. Je me sers contre elle et nos torses se touchent et s'échauffent. Mon palpitant s'affole, mon membre se durcit. Je déboutonne à mon tour son jeans, l'incite à s'en débarrasser au plus vite. Nous bassins se mettent à danser ensemble, lentement. Mon souffle est bruyant, irrégulier. Je la regarde et je vois. Je vois la femme qu'elle est, je vois une femme que j'aime.

_________________
There's no need to justify or categorize each others company © signature by anaëlle.

Just broke:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✈ ÂGE : vingt-six ans.
✈ AVATAR : emilia clarke.
✈ MÉTIER : infirmière psychologue.
✈ STATUT : célibataire.
✈ GRADE : sous-officier, sergent chef.
✈ MESSAGES : 304
✈ PSEUDO : beautiful days (rose).
✈ CRÉDITS : tearsflight (avatar) rose (gifs).
✈ DATE D'ARRIVÉE : 09/03/2014


MessageSujet: Re: Drunk in love [Max]   Lun 24 Mar - 22:04

Je devine ce qui est sur le point de se produire. Je sens les frissons naître sur ma peau brûlante. Au creux de mes reins. Ils remontent doucement le long de mon échine, et partout où il pose ses doigts, laissant une marque tiède et invisible. Délice et torture à la fois. Je ne le quitte pas des yeux, j’envie soudainement cette bouteille qu’il porte à nouveau à ses lèvres, qu’il achève d’une gorgée ou deux. Je me sens comme une adolescente en proie à de nouveaux émois. Pourtant, ils ne sont pas nouveaux : ce n’est nullement la première fois que je me retrouve dans ses bras. Mais se pourrait-il que l’alcool donne à cette situation une nouvelle portée ? Je balaie cette question d’un nouveau coup d’œil dans sa direction. Je le trouve beau. Je tais cette pensée, néanmoins. Je sais parfaitement quelle réponse il me délivrera si je me confie à lui. Qu’il se trouve amoindri. Peut-être se réduirait-il même, encore, à ce mot que j’ai si fréquemment entendu dans sa bouche : paraplégique ? Comme si les deux termes étaient incompatibles. De véritables antonymes. Pourtant, c’est la vérité. Asher, je le trouve beau. Il y a cette prestance et cette distance, une certaine nonchalance mesurée, tout à fait naturelle cependant, qu’il injecte dans chacun de ses mouvements sans même le savoir. Cette même prestance qui me rend folle en ce moment précis, tandis qu’il prononce les mots qui m’achèvent : « Maintenant, il n'y a plus que toi et moi. » Un souffle s’échappe de mes lèvres. Un sourire. Il m’achève. Je suis ce cadavre de bouteille de vodka qu’il balance au pied du lit, sur le tapis de la chambre.

Et tout s’accélère rapidement. Chaque partie de mon corps, la moindre parcelle de peau, la plus petite cellule, réagit et s’emballe, répond à chacune de ses sollicitations. Quand il m’embrasse, quand ses doigts m’effleurent, les rouages de mon cerveau se bloquent. J’ai l’impression que rien ne m’atteint plus. Malgré la brume que la vodka a propagé dans mon esprit, mes gestes sont précis, souples. Je retire ses vêtements avec une facilité déconcertante. Je n’hésite pas, ne tergiverse pas, mue par le simple constat qu’il a aussi envie de moi. En réalité, cette brume est formidable, enivrante : je ne pense plus, ne réfléchis plus, je ne suis plus que mouvements et réactions, soupirs et baisers. Seuls les souvenirs des autres nuits m’apparaissent encore en bribe. Néanmoins, ils me paraissent tous fades en comparaison à cet incendie qui me dévore toute entière, tandis que je me débarrasse des derniers morceaux de tissus qui couvrent encore ma peau en feu. Mes lèvres s’écrasent à nouveau sur les siennes, avec une violence nouvelle ; je fonds sur lui. « Plus que toi et moi. » Je répète en un souffle, comme pour me conforter dans cette idée. Et, en quelques secondes – peut-être plus, peut-être moins, j’ai perdu la notion du temps – mon bassin brûlant rejoint le sien, et la chaleur est une exquise morsure. J’en soupire, ma respiration est si haletante que j’en aurais honte si j’en avais seulement conscience. Mais je ne suis plus que mouvements et réactions, soupirs et baisers. J’ai trouvé ma place, ma vraie place, et cette pensée ne m’effraie même pas. Je n’ai conscience de rien. Absolument rien. Sinon des frissons et des délices qui s’infiltrent sous ma peau. Rien ne compte plus. Absolument rien. Sinon les désirs d’Asher.

Et ma façon à moi de les assouvir tous.

Encore une fois, je perds toute notion du temps. Peut-être à cause de l’effet dopant de nos étreintes. Je sais seulement que je reste longtemps effacée contre lui, nos deux corps entièrement confondus, la soie de nos peaux à la même température, nos bassins jouant le même rythme. Je sais seulement que je suis à bout de souffle, lorsque je retombe contre le matelas spongieux, à ses côtés. J’ai seulement conscience de n’être jamais entièrement rassasiée de lui, seulement conscience des courants électriques qui parcourent mon corps aux endroits qui le touchent presque. Combien de temps je reste là, immobile ? A recouvrer un rythme cardiaque plus ou moins normal, à me rejouer les images de nos corps ajustés, à revivre les vagues de plaisir me submergeant. Je souffle doucement, passe une main dans mes cheveux. Ma tresse est complètement défaite, je sens les larges boucles qui cascadent sur mes épaules nues. Je me tourne vers Asher, me mords la lèvre inférieure. « Je reste. » Je lâche enfin, répondant à la demande qu’il m’a faite plus tôt dans la soirée. Je reste plus qu’une nuit. Je reste aussi longtemps qu’il voudra bien de moi.

_________________
maybe i'm not the one for your love, maybe i'll be your heaven above, maybe i'll write a story for two, maybe i'll be the do that you do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✈ ÂGE : 31 ans
✈ AVATAR : Jamie Dornan
✈ MÉTIER : Instructeur de pilotage, ancien pilote de chasse aujourd'hui déclaré inapte
✈ STATUT : Célibataire
✈ GRADE : Officier, lieutenant
✈ LOCALISATION : Hickam Air Force base
✈ MESSAGES : 425
✈ PSEUDO : blue velvet.
✈ CRÉDITS : Tearsflight
✈ DATE D'ARRIVÉE : 12/01/2013


MessageSujet: Re: Drunk in love [Max]   Jeu 27 Mar - 14:44

Je la regarde, là, allongée sur le dos, la poitrine encore soulevée par de grandes inspirations. Nos souffles sont forts, nos visages apaisés, heureux. Il me faut une bonne minute pour récuperer de l'effort physique que ma belle brune m'a fait subir. Je souris bêtement, je me rends compte encore à quel point Max influe positivement sur ma vie. Nous restons immobiles de longs instant, à savourer ce silence qui en dit long. Nos regards perdus en direction du plafond, notre rythme cardiaque se calme enfin et j'enlace mes doigts dans les siens. Elle se tourne vers moi, ses cheveux décoiffés sont d'une sensualité dont elle ne se doute même pas. « Je reste. » Me dit-elle, comme si nos ébats venaient de la convaincre. Je souris de plus belle, et je sais que sa décision était déjà prise au moment même où je lui avais demandé ...  J'enroule mes bras autour d'elle, et la laisse reposer sa tête sur mon épaule. Je l'embrasse tendrement une dernière fois, resserre mon étreinte et ferme les yeux, prêt à m'endormir contre elle. « Je ne t'aurais pas laissé le choix ...»


A suivre ...

_________________
There's no need to justify or categorize each others company © signature by anaëlle.

Just broke:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Drunk in love [Max]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Drunk in love [Max]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Love me tender
» [O'Faolain, Nuala] Best Love Rosie
» [Film] Love Actually
» [Malte, Marcus] Garden of love
» "A swedish love story"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CROSS INTO THE BLUE :: Fly away :: Take it easy :: La bibliothèque-